Poésies

Dimanche matin

Encore à moitié endormie,
A travers la fenêtre, je regarde la nuit,
Je m’étire, et sans faire le moindre bruit,
En pyjama, je me lève de mon lit.

Debout, dans le couloir,
Alors qu’il fait encore très noir,
Sur la pointe des pieds, j’avance doucement,
Dans leur chambre, j’entre le cœur battant.

Dans le lit, tendrement, je me blottis,
Contre ma maman encore endormie,
Mais déjà, elle m’ouvre grand ses bras,
Et me chuchote, des «je t’aime» tout bas.

Emma Baron

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s