histoires

Un fantôme dans le donjon

Une histoire écrite par Emma Baron

 

Les personnages de l’histoire : Célia, Grégoire et Macaron

Chapitre 1

Un très vieux château

Aujourd’hui, mes parents et moi emménageons dans un château. La neige recouvre la route. A travers la vitre du carrosse, je le découvre. Comme il a l’air vieux avec son pont-levis et ses douves qui le protègent des envahisseurs.

Le soir commence à tomber. Mes parents demandent au cocher de s’arrêter. Deux hommes déchargent les malles. Ma mère se tourne vers moi et me dit :

– Célia, tu vas t’occuper de Macaron pendant que je parle aux valets.

Je hoche la tête et descends du carrosse avec Macaron dans les bras. Macaron, c’est mon renard. Je l’ai trouvé quand il était encore bébé. Il n’avait plus sa maman alors je l’ai adopté.

J’entre dans le château et je pose Macaron sur le plancher. Il est heureux de pouvoir se dégourdir enfin les pattes. Curieuse, je monte à l’étage. J’ai hâte de découvrir ma nouvelle chambre !

Avec Macaron à mes côtés, j’attrape une torche pour m’éclairer car il fait maintenant très sombre. Je ne vois personne et j’ai un peu peur toute seule. L’air froid me fait frissonner. Lentement, j’ouvre la porte de ma nouvelle chambre.

Je n’en crois pas mes yeux, il y a un fantôme dans la pièce ! En l’observant mieux, je devine que c’est un enfant fantôme. Je reste bouche-bée. Je me demande s’il n’est pas dangereux. Au village, on raconte des tas d’histoires horribles sur les fantômes ! Macaron, lui, n’a pas l’air inquiet du tout. Il baille à s’en décrocher la mâchoire. Le fantôme sursaute et se retourne. Oh oh…

Chapitre 2

Grégoire

Je me sauve en claquant la porte ! Mais au milieu des escaliers, je change d’avis. Macaron est resté là-haut et je ne peux pas l’abandonner. Je remonte doucement les marches et j’entre. Le fantôme flotte dans les airs. Mon renard vient se frotter contre le bas de ma robe puis à ma grande surprise, court vers le garçon.

C’est la première fois que je vois un vrai fantôme. Avec prudence, je m’approche de lui. Macaron s’amuse à lui passer au travers. Le fantôme rigole et s’exclame :

– Arrête ! Tu me chatouilles, voyons.

En le voyant rire, toutes mes peurs s’envolent.

Je lui demande :

– Comment tu t’appelles ? Est-ce que tu hantes le château ?

Le fantôme fait bouger les rideaux pour amuser Macaron puis me dit :

– Je m’appelle Grégoire. Ma famille vit dans la forêt. Mais hier, en me promenant, j’ai découvert cet endroit et je me suis tellement amusé à traverser les murs que je me suis perdu. Je ne sais plus de quel côté je suis arrivé.

Soudain, un valet débarque dans la pièce, une malle dans les bras. En apercevant Grégoire, il devient tout pâle et il balbutie :

– Un… un… un… fan…fan… fantôme !

Oh non ! Je n’ai pas le temps de lui expliquer qu’il ne faut pas avoir peur qu’il est déjà parti chercher du secours !

En quelques secondes, mon père et ma mère déboulent dans la pièce accompagnés de trois gardes. Tout de suite, je les rassure :

– N’ayez pas peur ! Les fantômes ne sont pas méchants et Grégoire est très gentil.

Comme pour me soutenir, Macaron se roule à ses pieds.

J’explique à mes parents :

– Papa, maman, Grégoire s’est perdu en venant jouer ici. Il habite avec sa famille dans la forêt. Peut-être pourrions-nous l’aider à la retrouver ?

En silence, les gardes se regardent les uns les autres.

Mon père et ma mère réfléchissent tout en observant Grégoire qui s’amuse avec Macaron. Enfin, ma mère accepte :

– D’accord… on va l’aider à retrouver sa famille.

Grégoire sourit. Macaron remue la queue. Et moi, je suis soulagée. Cependant, une question me hante, comment allons-nous faire ? La forêt est immense…

Chapitre 3

Un royaume bien gardé

Les chiens ont beaucoup de flair mais les renards aussi. En voilà, une idée ! Les fantômes ont peut-être tous la même odeur. J’explique à mes parents ma solution. Sous leurs yeux enthousiastes, j’approche Macaron du fantôme. Le renard le renifle puis se met à courir vers la forêt. Hourra ! Ça fonctionne !

Des torches à la main, nous courons derrière lui. Il fait nuit noire. Grégoire glisse sur le sol à vive allure. Quant à Macaron, il s’enfonce de plus en plus dans la forêt. Mais quelle odeur peut bien avoir un fantôme ?

Après quelques minutes, Macaron s’arrête brusquement et se met à glapir. Au loin, de faibles lueurs apparaissent. Les gardes tremblent.

La mère de Grégoire flotte vers nous.

Bientôt, le petit fantôme est réuni avec les siens.

– J’avais tellement peur de ne plus te revoir, lui dit sa mère en le serrant dans ses bras.

Nous sommes émus d’assister à leurs retrouvailles. Le père de Grégoire me remercie moi et mes parents.

Ma mère met sa main sur mon épaule et me dit :

– Il est temps de rentrer maintenant, tu dois te coucher.

Oh non ! Moi qui venait de me trouver un super ami, qui plus est un fantôme ! Boudeur, Macaron s’assoit au pied de Grégoire. Lui non plus n’a pas envie de partir.

Cependant, ma mère me propose :

– Grégoire peut venir te voir quand il veut.

– Même tous les jours ?

– Si ses parents sont d’accord, bien sûr qu’il peut, répondent en cœur mes parents.

Grégoire et moi sommes supers heureux. Quant à Macaron, il glapit de joie. Comme ça, c’est sûr, avec un fantôme chez nous, on n’est pas prêt de voir un seul ennemi attaquer le château !

FIN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s