histoires

À la recherche de l’oiseau bleu

Une histoire écrite par Emma Baron

Les personnages de l’histoire : moi (Louis), tata et le vieil homme

Chapitre 1

Tata a des ennuis

Cet été, je vais passer mes vacances chez ma tante. Elle habite dans la jungle ! Après un long voyage en avion, elle m’accueille à l’aéroport. Puis, nous montons dans sa voiture mais ma tante ne dit pas grand-chose pendant le trajet. Elle qui d’habitude est si bavarde !

Enfin j’aperçois sa maison en bambou au milieu de la forêt tropicale. Alors que ma tante sort ma valise du coffre, j’entre dans sa maison. Et là, je comprends ce qui ne va pas ! Dans le salon, je découvre plusieurs cartons de déménagement. Je m’exclame, surpris :

— Non ! Tu vas déménager ?

Elle me répond en soupirant :

— J’étais venue étudier un oiseau très rare, mais je ne l’ai jamais vu. Alors je vais devoir rentrer en France dans quelques mois.

Ma tante adore vivre ici. Je comprends qu’elle soit triste.

— Il ressemble à quoi cet oiseau ?

D’un carton, elle sort de vieux dessins. Elle me montre celui de l’oiseau. Il est petit et tout bleu. Puis, elle m’explique :

— Ce n’est pas moi qui ai fait ce dessin mais mon papa. La dernière fois que cet oiseau a été vu, j’avais à peu près ton âge.

Je prends délicatement le dessin entre mes mains.

— Tu resterais si on arrivait à le trouver ?

— Bien sûr ! me répond ma tante. Je pourrais enfin l’étudier. Mais j’ai déjà tout essayé.

Moi je suis déterminé à le trouver cet oiseau bleu. Et j’ai déjà une idée !

Chapitre 2

Le vieil homme

Après avoir défait ma valise, je retrouve ma tante occupée à vider ses étagères.

— Dis tata, je peux montrer le dessin aux villageois. Peut-être que eux l’ont vu cet oiseau ?

Ma tante accepte même si elle n’est pas convaincue. Comme le village se trouve au bord de la rivière, nous partons en canoë.

Quand nous arrivons, je montre le dessin aux habitants mais aucun d’entre eux n’a vu l’oiseau. Alors que nous nous apprêtons à repartir, j’aperçois un drôle de bateau sur la berge. C’est une maison flottante !

Un vieil homme un peu bizarre est assis sur le toit. Il a l’air occupé à sculpter un morceau de bois. Alors que je m’avance vers lui, ma tante me met en garde.

— Tout le monde dit qu’il n’a plus toute sa tête et il ne parle à personne. Ce serait mieux de rentrer.

Mais comme il est notre dernière chance, j’insiste.

Nous nous approchons de la maison flottante. Des centaines de petits bâtons tous très différents des uns des autres sont entassés dans le bateau. C’est vrai qu’il est bizarre ce vieil homme ! Je lui montre le dessin.

— Bonjour, est-ce que vous auriez déjà vu cet oiseau ?

Mais au lieu de me répondre, il saute à l’avant de son bateau et fouille parmi tous ses bouts de bois. Il m’en tend un avec un sourire mystérieux. Ma tante et moi l’examinons, mais il ne représente rien. Il est juste tordu et creux. Je le prends et je le range dans ma poche.

— Merci mais euh…

Je n’ai pas le temps de finir ma phrase qu’il m’emmène près d’un arbre immense, où des lianes pendent des branches. Avec ma tante, nous cherchons l’oiseau bleu, mais il n’y a aucune trace de lui. Quand je me retourne pour parler au vieil homme, je me rends compte qu’il a disparu.

— Cet homme est complètement fou ! s’écrie ma tante, les mains posées sur ses hanches. Rentrons, il nous a assez fait perdre notre temps.

Comme je suis déçu… Mais j’ai déjà une autre idée.

— On pourra revenir avec des graines ?

— Si tu veux, mais ne te fais pas trop d’illusions ? D’accord ?

Je lui promets d’essayer mais au fond de moi je suis plein d’espoir.

Chapitre 3

L’oiseau bleu

Tous les matins, je vais mettre des graines près du grand arbre et j’attends de longues heures. Mais toujours pas d’oiseau bleu. Et en plus, ma tante a mis en vente sa maison !

Je m’allonge dans mon hamac, les yeux tournés vers le ciel. Je commence à perdre espoir quand je me souviens du petit bâton. Mais pourquoi le vieil homme me l’a donné ? Soudain, je comprends ! J’attrape le bâton et je cours vers ma tante :

— Tata, il faut que l’on retourne près de l’arbre !

Vite, je l’entraîne dans la jungle.

— Mais qu’est-ce qui te prend ? me demande-t-elle, essoufflée.

— Écoute !

Je souffle dans le morceau de bois. Ma tante n’en croit pas ses oreilles. Il permet d’imiter le chant de l’oiseau !

Quelques secondes passent… quand soudain, l’oiseau bleu nous répond ! Avec enthousiasme, ma tante explique :

— C’était donc un appeau ! Et moi qui croyais que ce n’était qu’un vulgaire bâton !

Je souffle à nouveau dans l’appeau. Quelques minutes passent quand soudain l’oiseau se pose près de nous. Prudemment, il sautille puis picore les graines. Comme il est beau ! Ma tante le prend en photo avant qu’il ne s’envole à nouveau.

Puis, elle me serre fort dans ses bras.

— Merci ! me dit-elle en souriant. Grâce à toi, je vais pouvoir rester ici.

Comme je suis heureux pour ma tante ! Maintenant, il me tarde de revoir le vieil homme.

— Tu vois tata, il n’était pas fou ! Il parle seulement aux oiseaux.

FIN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s