histoires

Les aventures de Super Toutou

Un dessin pour Manon

Emma Baron

Les personnages de l’histoire : Super Toutou, Louise et Mademoiselle Sapmoral

Moi, Super Toutou, je ne suis pas un chien comme les autres. Le jour où un éclair est tombé sur ma niche, j’ai reçu des super pouvoirs. Je peux parler aux enfants et creuser des tunnels à toute vitesse.

Chapitre 1

Manon est à l’hôpital

Cet après-midi, moi, Super Toutou, je suis de bonne humeur. Je flaire mille odeurs le long de la grille de l’école. Tous les enfants jouent dans la cour… enfin tous sauf Louise. Elle est assise seule sur un banc. Comme elle a l’air triste !

Vite, avec mes supers pattes, je creuse un tunnel sous la grille. Et hop, me voilà dans la cour. Je vais la voir.

— Qu’est-ce qui ne va pas ?

Louise m’explique :

— Ma meilleure copine est à l’hôpital. Elle a l’appendicite.

Je me gratte derrière l’oreille et je lui propose :

— Pourquoi ne pas lui faire un dessin ?

Louise trouve mon idée très bonne.

— Je vais demander une feuille et des crayons à la maîtresse.

Elle court vers mademoiselle Sapmoral.

Mais elle revient très décue.

— Elle a dit non, pas maintenant.

Moi, Super Toutou, je n’abandonne pas.

— J’ai une idée ! Attends-moi ici.

Et hop, je creuse un tunnel jusqu’en… Afrique. Je fonce chez mon amie Fatou où l’école est déjà finie.

Je la trouve assise devant son chevalet. Elle peint des baobabs et des singes.

— Super Toutou ? Que fais-tu là ?

— Je me demandais si tu pouvais prêter des crayons et une feuille blanche à une amie ?

— Bien sûr ! Attends-moi là.

Quelques minutes plus tard, elle revient avec le matériel. Je la remercie et hop je repars.

Chapitre 2

Le dessin

Quand Louise me voit revenir avec le matériel, elle n’en croit pas ses yeux. Elle s’allonge et dessine des animaux rigolos pour Manon. Mais la maîtresse arrive. Elle n’est pas contente du tout !

— Que fais-tu par terre ? Tes vêtements sont tout sales ! Et que fait ce chien tout pouilleux dans la cour ?

Louise se relève, secoue son pull et explique :

— C’est pour Manon ! Je lui ai fait un dessin. Et Super Toutou n’est pas pouilleux. Il creuse des tunnels alors forcément, il n’est pas toujours très propre.

Mais Mademoiselle Sapmoral confisque le dessin et les crayons.

Louise met ses poings sur ses hanches.

— Ah non alors ! Ce n’est pas juste !

Mademoiselle Sapmoral fait les gros yeux.

— Pour la peine Louise, tu auras une punition !

Je n’en crois pas mes oreilles de chien. Mademoiselle Sapmoral essaye de m’attraper par le cou, mais je m’échappe. Je n’ai pas dit mon dernier ouaf.

La maîtresse emmène Louise dans la classe alors que la récré n’est même pas terminée. Je m’approche discrètement de la fenêtre. Je vois la maîtresse qui donne une feuille de lignes à recopier à Louise. Puis, j’aperçois le dessin sur le bureau. Quand Mademoiselle Sapmoral s’en va, j’ouvre la fenêtre avec ma truffe.

— Super Toutou ? s’exclame Louise.

Vite je saute dans la classe et j’attrape le dessin dans ma gueule.

— Viens !

Discrètement, nous ressortons dans la cour.

— Accroche-toi à moi. Je t’emmène voir Manon à l’hôpital.

À toute vitesse, je creuse un tunnel. Louise se tient à mon cou. Je creuse si vite qu’elle sent le vent dans ses cheveux. Je suis si excité que je n’en finis plus de creuser.

Je ressors dans un endroit où il fait très froid.

— Ah ça, ce n’est pas la France ! s’exclame Louise en voyant la neige et les icebergs flotter. On dirait plutôt la banquise.

— Nom d’un chien, j’ai creusé trop loin !

Nous repartons. Et cette fois, je creuse moins vite.

Chapitre 3

Visite à l’hôpital

Je ressors dans les jardins de l’hôpital. Son dessin à la main, Louise court voir Manon dans sa chambre.

— Ça alors ! s’exclame Manon en voyant sa copine. T’es pas à l’école ?

— Si, mais Super Toutou a creusé un tunnel pour que je puisse te donner ça. Tiens !

Très contente, Manon s’exclame :

— Merci ! C’est super beau ! Mais la maîtresse ne va pas te gronder d’être partie ?

— Pas si je retourne en classe maintenant. Surtout que je dois encore faire ma punition !

Les deux amies se disent au revoir. Puis, Louise me rejoint dans les jardins.

Alors que nous nous apprêtons à repartir, nous entendons du bruit dans le tunnel. Pourvu que ce ne soit pas la maîtresse ! Tout d’un coup, une dizaine de pingouins sortent du trou.

— Ils ont dû nous suivre ! comprend Louise.

— Oui… On ferait mieux de rentrer.

Quand nous repartons, c’est la pagaille à l’hôpital. Les pingouins s’amusent à glisser sur les trottoirs et les infirmières courent dans tous les sens.

Nous repartons dans le tunnel. Il reste deux minutes avant la fin de la récré. Soudain, la maîtresse est devant nous à quatre pattes. Horreur ! Aussitôt, je creuse dans une autre direction pour l’éviter.

Je ressors dans la cour de l’école. Vite, Louise retourne à sa place. Quand la maîtresse entre dans la classe, elle est furieuse. Mais la directrice entre à son tour.

— Mademoiselle Sapmoral, cela fait… Oh !  Comme vous êtes sale. Ce n’est pas un exemple à donner à Louise. Et pourquoi n’est-elle pas en récréation avec les autres ?

La maîtresse bafouille :

— Louise faisait sa punition quand…

— Quelle punition ? Je ne vois pas de punition… Et que fait ce chien dans la classe ?

La maîtresse me regarde avec horreur. Elle a aperçu le petit bout de papier qui dépasse de ma gueule. Pas besoin de super pouvoirs pour manger les punitions. Nom d’un Super Toutou !

(illustration de fin : les singes de chez Fatou ont envahi la cour et s’amusent dans les arbres.)

FIN

histoires

À la recherche de l’oiseau bleu

Une histoire écrite par Emma Baron

Les personnages de l’histoire : moi (Louis), tata et le vieil homme

Chapitre 1

Tata a des ennuis

Cet été, je vais passer mes vacances chez ma tante. Elle habite dans la jungle ! Après un long voyage en avion, elle m’accueille à l’aéroport. Puis, nous montons dans sa voiture mais ma tante ne dit pas grand-chose pendant le trajet. Elle qui d’habitude est si bavarde !

Enfin j’aperçois sa maison en bambou au milieu de la forêt tropicale. Alors que ma tante sort ma valise du coffre, j’entre dans sa maison. Et là, je comprends ce qui ne va pas ! Dans le salon, je découvre plusieurs cartons de déménagement. Je m’exclame, surpris :

— Non ! Tu vas déménager ?

Elle me répond en soupirant :

— J’étais venue étudier un oiseau très rare, mais je ne l’ai jamais vu. Alors je vais devoir rentrer en France dans quelques mois.

Ma tante adore vivre ici. Je comprends qu’elle soit triste.

— Il ressemble à quoi cet oiseau ?

D’un carton, elle sort de vieux dessins. Elle me montre celui de l’oiseau. Il est petit et tout bleu. Puis, elle m’explique :

— Ce n’est pas moi qui ai fait ce dessin mais mon papa. La dernière fois que cet oiseau a été vu, j’avais à peu près ton âge.

Je prends délicatement le dessin entre mes mains.

— Tu resterais si on arrivait à le trouver ?

— Bien sûr ! me répond ma tante. Je pourrais enfin l’étudier. Mais j’ai déjà tout essayé.

Moi je suis déterminé à le trouver cet oiseau bleu. Et j’ai déjà une idée !

Chapitre 2

Le vieil homme

Après avoir défait ma valise, je retrouve ma tante occupée à vider ses étagères.

— Dis tata, je peux montrer le dessin aux villageois. Peut-être que eux l’ont vu cet oiseau ?

Ma tante accepte même si elle n’est pas convaincue. Comme le village se trouve au bord de la rivière, nous partons en canoë.

Quand nous arrivons, je montre le dessin aux habitants mais aucun d’entre eux n’a vu l’oiseau. Alors que nous nous apprêtons à repartir, j’aperçois un drôle de bateau sur la berge. C’est une maison flottante !

Un vieil homme un peu bizarre est assis sur le toit. Il a l’air occupé à sculpter un morceau de bois. Alors que je m’avance vers lui, ma tante me met en garde.

— Tout le monde dit qu’il n’a plus toute sa tête et il ne parle à personne. Ce serait mieux de rentrer.

Mais comme il est notre dernière chance, j’insiste.

Nous nous approchons de la maison flottante. Des centaines de petits bâtons tous très différents des uns des autres sont entassés dans le bateau. C’est vrai qu’il est bizarre ce vieil homme ! Je lui montre le dessin.

— Bonjour, est-ce que vous auriez déjà vu cet oiseau ?

Mais au lieu de me répondre, il saute à l’avant de son bateau et fouille parmi tous ses bouts de bois. Il m’en tend un avec un sourire mystérieux. Ma tante et moi l’examinons, mais il ne représente rien. Il est juste tordu et creux. Je le prends et je le range dans ma poche.

— Merci mais euh…

Je n’ai pas le temps de finir ma phrase qu’il m’emmène près d’un arbre immense, où des lianes pendent des branches. Avec ma tante, nous cherchons l’oiseau bleu, mais il n’y a aucune trace de lui. Quand je me retourne pour parler au vieil homme, je me rends compte qu’il a disparu.

— Cet homme est complètement fou ! s’écrie ma tante, les mains posées sur ses hanches. Rentrons, il nous a assez fait perdre notre temps.

Comme je suis déçu… Mais j’ai déjà une autre idée.

— On pourra revenir avec des graines ?

— Si tu veux, mais ne te fais pas trop d’illusions ? D’accord ?

Je lui promets d’essayer mais au fond de moi je suis plein d’espoir.

Chapitre 3

L’oiseau bleu

Tous les matins, je vais mettre des graines près du grand arbre et j’attends de longues heures. Mais toujours pas d’oiseau bleu. Et en plus, ma tante a mis en vente sa maison !

Je m’allonge dans mon hamac, les yeux tournés vers le ciel. Je commence à perdre espoir quand je me souviens du petit bâton. Mais pourquoi le vieil homme me l’a donné ? Soudain, je comprends ! J’attrape le bâton et je cours vers ma tante :

— Tata, il faut que l’on retourne près de l’arbre !

Vite, je l’entraîne dans la jungle.

— Mais qu’est-ce qui te prend ? me demande-t-elle, essoufflée.

— Écoute !

Je souffle dans le morceau de bois. Ma tante n’en croit pas ses oreilles. Il permet d’imiter le chant de l’oiseau !

Quelques secondes passent… quand soudain, l’oiseau bleu nous répond ! Avec enthousiasme, ma tante explique :

— C’était donc un appeau ! Et moi qui croyais que ce n’était qu’un vulgaire bâton !

Je souffle à nouveau dans l’appeau. Quelques minutes passent quand soudain l’oiseau se pose près de nous. Prudemment, il sautille puis picore les graines. Comme il est beau ! Ma tante le prend en photo avant qu’il ne s’envole à nouveau.

Puis, elle me serre fort dans ses bras.

— Merci ! me dit-elle en souriant. Grâce à toi, je vais pouvoir rester ici.

Comme je suis heureux pour ma tante ! Maintenant, il me tarde de revoir le vieil homme.

— Tu vois tata, il n’était pas fou ! Il parle seulement aux oiseaux.

FIN

histoires

Le génie de la théière

Une histoire écrite par Emma Baron

Les personnages de l’histoire : Sami, Sofia et le génie

Chapitre 1

La théière magique

Le soleil tape fort sur la petite ville en bordure du désert. Sofia et Sami jouent à cache-cache chez leur grand-père.

— Huit, neuf, diiix ! crie Sofia. J’arriiive !

Et la voilà partie à la recherche de son grand frère. Personne dans le salon. Personne dans la salle de bain.

— Alors, t’abandonnes ? crie Sami depuis sa cachette.

— Sûrement pas ! répond Sofia en courant vers la cuisine.

Elle tire le rideau qui dissimule les étagères où sont posées les tajines.

— Trouvé ! s’exclame-t-elle en voyant son frère accroupi.

Sami est découvert, mais il ne dit rien. Il examine une vieille théière verte et biscornue.

— Tu fais quoi avec ça ? lui demande Sofia avant d’apercevoir un trou entre les pieds de son frère. T’as cassé le carrelage ?

— Je l’ai pas cassé ! se défend Sami. Le carreau était déjà défait ! Et la théière était cachée dans le trou. Regarde, il y a une inscription mais elle est trop sale pour qu’on puisse la lire.

— Viens, on va la laver, propose Sofia.

Les deux enfants lavent l’étrange théière dans l’évier. Mais ils n’ont pas le temps de lire l’inscription qu’une fumée épaisse et verte sort du bec verseur.

— Ça alors ! s’exclament les enfants.

La fumée se dissipe. Un petit être verdâtre flotte dans les airs. Il n’a pas de jambes et il porte un turban.

— On dirait… un génie, murmure Sofia, surprise.

— C’est ça, confirme le génie qui s’étire en baillant. Et ça fait trois cents ans que je dors dans cette fichue théière.

— Est-ce que tu réalises les vœux ? demande Sami avec excitation.

— Peut-être… Mais d’abord, c’est VOUS qui devez réaliser mes vœux ! dit le génie en croisant les bras.

Chapitre 2

Les vœux du génie

Sofia et Sami n’en croient pas leurs oreilles.

— Nous ? lui demande Sami, surpris. Mais on n’a même pas de pouvoirs !

— Alors vous aurez des ennuis !

Et aussitôt, le génie remue ses doigts au-dessus de l’évier. L’eau coule à flot et en quelques secondes, la cuisine est inondée.

— Mais arrête ! crie Sofia.

Pouf ! L’abominable petit être a disparu. Quelques secondes plus tard, les enfants entendent du bruit provenir de leur chambre. Inquiets, ils s’y précipitent. Mais le génie a déjà mis le bazar partout.

— Ça suffit ! s’exclame Sami. Qu’est-ce que tu veux ?

Le génie réfléchit à un souhait très difficile à réaliser.

— Voyons…, dit-il, je souhaite une bougie que le vent ne peut pas éteindre !

Comment trouver une bougie pareille ?

— Si on était chez maman, on pourrait lui demander sa fausse bougie, soupire Sami.

Sofia claque des doigts.

— Facile ! Ma lampe de poche ! La voilà, sa bougie qui ne s’éteint pas.

— On peut essayer, murmure Sami, après tout ça n’existait pas avant. Il ne saura pas ce que c’est.

Sofia récupère sa torche électrique sous son lit et l’allume.

— Tiens ! dit-elle au génie. Voilà une bougie que le vent n’éteint pas.

Méfiant, le génie l’examine. Puis, il souffle dessus, encore et encore, mais la lumière reste allumée. Furieux, il finit par abandonner.

— D’accord, dit-il, bien embêté. Mais mon deuxième vœu sera plus difficile !

Avec inquiétude, Sofia et Sami observent le génie tandis qu’il réfléchit.

— Je sais, dit soudain le génie, je souhaite voir un ours polaire ! Bon courage ! Ah ah !

Mais Sami claque tout de suite des doigts. Vite, il court chercher son livre sur les animaux.

— Animaux de la forêt, dit-il en feuilletant le livre. Non…

— Là ! dit Sofia en montrant du doigt le gros animal blanc.

Sami retourne le livre et le montre au génie.

— Voilà un ours polaire ! Ils n’étaient vraiment pas durs tes vœux…

Chapitre 3

Le dernier souhait

Le génie fronce ses sourcils verts.

— Oui mais ce n’est pas un vrai ours polaire !

Sofia lui rappelle :

— Tu as dit que tu voulais VOIR un ours polaire et là, tu en vois un.

Le génie semble embêté. Il ne sait plus quoi dire. Penaud, il flotte vers sa théière. Sami et Sofia lui demandent :

— Tu t’en vas ? Tu n’avais pas un troisième souhait ?

Le génie soupire.

— Si mais le troisième, il est pour vous. Et je sais déjà ce que vous voulez : « Disparais, génie ! » ou « Je veux un fennec, génie ! ». Et au final, je retourne toujours dans cette horrible théière.

— C’est pour ça que tu nous as demandé des vœux que tu croyais difficiles ? lui demande Sami.

Oui…

— Pourquoi tu ne demandes pas ta liberté ? le questionne Sofia.

Le génie montre l’inscription sur la théière.


Les trois règles de la théière

Nul ne peut libérer le génie.
Le génie ne peut demander que des vœux non magiques.
Le génie doit avoir ses deux vœux exaucés pour en exaucer un.

Parce que tu ne peux pas… comprend Sofia.

Comme il a l’air malheureux ! Les enfants réfléchissent, puis se mettent d’accord.

— Génie, commence Sofia, est-ce que tu aimerais jouer avec nous ?

— Hein ? Mais ce n’est pas un vœu ça…

— Exactement, dit Sami. La règle ne nous oblige pas à en faire.

— Et comme ça, continue Sofia, tu n’auras plus jamais à retourner dans la théière.

Le génie n’en croit pas ses oreilles vertes. Le voilà qui sourit, content d’avoir rencontré Sofia et Sami. Car ces deux-là sont de vrais petits génies !

FIN

histoires

La vilaine Petite Voix

Une histoire écrite par Emma Baron

Devant la maison, au milieu de l’allée, Léo regarde son beau vélo tout doré. Il a bien envie de pédaler à toute allure sur la chaussée.

Soudain dans la tête de Léo, une Petite Voix se fait entendre. Elle est sombre et inquiétante.

Elle murmure à Léo : « Souviens-toi, tu es tombé la semaine dernière… Si tu enfourches ton vélo, ça peut à nouveau t’arriver. »

Léo a peur. Il écoute la Petite Voix et il rentre chez lui.

Il s’assoit sur le canapé regarder les dessins animés. La télé, c’est sûr, c’est sans danger.

L’après-midi, Léo va à la piscine avec son papy chéri. Il a envie de sauter à pieds joints dans l’eau bleue du grand bassin.

Mais la Petite Voix est encore là. Elle lui chuchote : « Tu risques de boire la tasse et de tousser. Ce n’est pas bon, l’eau chlorée. »

Léo a peur. Il s’assoit sur le bord carrelé de la piscine et regarde tristement les autres s’amuser.

Après l’école, la tata de Léo lui achète une nouvelle paire de chaussures jaunes.

Mais la Petite Voix lui dit encore : « Tu ne sais pas faire tes lacets et apprendre c’est compliqué. »

Cette fois, Léo veut quand même essayer.

Mais la Petite Voix continue et elle lui crie : « Tu n’y arriveras jamais ! »

Léo se décourage. Il abandonne.

Et il range ses belles chaussures au placard.

Le lundi, la maîtresse pose une feuille blanche devant Léo. Aujourd’hui, il doit apprendre à écrire son prénom.

Mais la Petite Voix l’avertit : « Oh là là ! Comme ça a l’air dur de tenir un crayon entre ses doigts ! »

Soudain, Léo se fâche. Il se révolte !

Il devient rouge ! Rouge comme une tomate ! Rouge de colère !

Et il crie à la Petite Voix :

« TAIS-TOI ! » 

Le silence.

Léo écoute.

La vilaine Petite Voix n’est plus là.

Léo prend ses crayons et il écrit de toutes les couleurs son beau prénom.

Quand l’école est finie, il rentre vite chez lui. Il enfile ses nouvelles chaussures jaunes et il apprend à faire ses lacets. Ce n’est pas si compliqué !

Le lendemain, il retourne à la piscine pour apprendre à nager comme un dauphin.

Comme c’est rigolo de sauter dans l’eau et de faire avec ses bras de grands moulins.

Le soir, il enfourche son vélo tout doré et pédale jusqu’à la nuit tombée.

Sentir le vent dans ses cheveux, c’est tellement mieux que de rester devant la télé.

Voilà Léo si fatigué qu’il part se coucher.

Dans son lit, il entend une nouvelle Petite Voix. Elle est très différente de la première.

Elle est claire. Elle chante tout bas contre son oreille.

« Tu peux tout faire dans la vie. Crois toujours en toi et n’abandonne surtout pas. »

Léo s’endort, un sourire sur son visage, car cette Petite Voix là, il est bien décidé à l’écouter partout où il décidera d’aller.

histoires

Le collier de perles

Emma Baron

Pour ma fille, Mélianne

Dans le jardin d’une petite maison habite un gentil lièvre appelé Lucien Luzerne. Alors qu’il déjeune tranquillement, on becque à la porte. Toc toc toc.

« Une lettre pour vous ! » claironne le pigeon facteur de bonne humeur.

Curieux, Lucien Luzerne avale sa carotte et ouvre l’enveloppe.

Mon cher Lucien,

Je t’invite à mon anniversaire.

Ton amie qui t’aime,

Gaby Garenne

« J’arrive ! Je cours ! Je vole ! » s’exclame Lucien Luzerne tout amoureux et tout heureux. Vite, il se fait beau. Vite, il choisit un beau cadeau.

« Un collier de perles grises pour lui faire la plus jolie des surprises. » dit-il et il le met dans un petit sac en papier.

Vite, Lucien Luzerne s’en va sur les chemins, son sac à la main.

Illustration : une ronce déchire un coin du sachet et un trou apparaît. Le lièvre ne s’en rend pas compte.

Alors qu’il traverse une forêt enneigée, Lucien Luzerne aperçoit un écureuil qui s’affaire autour d’un nid, la larme à l’œil.

« Qu’y-a-t-il ? » lui demande-t-il en s’approchant doucement.

« A cause de la tempête, mon nid est tombé, explique madame Écureuil, et maintenant, il est tout cassé. »

Alors le lièvre ramasse plusieurs brindilles puis répare le nid comme il peut. Madame Écureuil le remercie.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, dit le lièvre, mais ce que je peux faire, je le fais. »

Et il reprend son chemin en courant sous les beaux sapins blancs.

Illustration : une perle tombe par le trou du sac sous les yeux de l’écureuil.

Au milieu des coquelicots et des bruyères, Lucien Luzerne voit deux jeunes mulots fouiller la terre.

« Que faites-vous ? » leur demande-t-il en s’arrêtant quelques instants.

« Nous cherchons à manger, expliquent les mulots, mais les sangliers ont tout emporté. »

Illustration :paysage de champs fleuris

Lucien Luzerne a sur lui deux sacs de grain. De bon cœur, il les offre aux mulots qui le remercient.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, dit le lièvre, mais ce que je peux faire, je le fais. »

Et il repart en sautant à travers champs.

Illustration : deux perles tombent du sac sous les yeux des mulots.

Lucien Luzerne arrive sur une plagetrois petits crabes sont coincés sous une bouteille cassée.

Lucien Luzerne libère les crabes qui le remercient. Puis, il jette la bouteille à la poubelle.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, dit le lièvre, mais ce que je peux faire, je le fais. »

Et il embarque à bord d’un très grand bateau.

Illustration: trois perles tombent du sac. Les crabes les récupèrent.

Sur le pont du navire, Lucien Luzerne profite de la brise marine lorsqu’il aperçoit quatre mouettes se battre autour d’un bout de pain.

« Qu’y-a-t-il ? » leur demande Lucien Luzerne en se mêlant de leur querelle.

Mais les mouettes n’écoutent pas. « Ce pain est à moi ! » crient-elles.

Lucien Luzerne prend le pain, le partage en quatre et donne à chacune un morceau.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, dit le lièvre, mais ce que je peux faire, je le fais. »

Et Lucien Luzerne descend du bateau et reprend sa route aussitôt.

Illustration : quatre perles tombent du sac sous les yeux des mouettes. Au loin, on voit un deuxième bateau avec les silhouettes des animaux que le lièvre a rencontré.

Son sac à la main, Lucien Luzerne traverse une grande ville quand il voit cinq petites souris,leur tête levée vers le ciel et la bouche grande ouverte.

« Qu’est-ce que vous faites ? » les questionne le lièvre curieux.

« Nous avons soif, expliquent-elles, nous attendons la pluie. »

Le lièvre qui a toujours sur lui une gourde bien remplie, la donne aux souris qui le remercient.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, dit le lièvre, mais ce que je peux faire, je le fais. »

Et il repart à grands pas.

Illustration : cinq perles tombent du sac et les souris les ramassent. Les autres animaux arrivent aussi mais on distingue seulement leurs silhouettes au loin.

Le voilà enfin arrivé ! Vite, Lucien Luzerne sonne à la porte de Gaby Garenne. Vite, il ouvre son sac pour prendre son beau cadeau…

Oh ! Plus aucune perle ! Pauvre Lucien Luzerne. Il ne reste que le fil au fond du petit sac vide. Lucien Luzerne, qui était si heureux, est devenu très malheureux.

Soudain, Lucien Luzerne entend du bruit derrière lui…

L’écureuil, les mulots, les crabes, les mouettes et les souris l’ont suivi.

« Ton cadeau n’est pas perdu. » le rassurent les animaux en lui montrant les belles perles qui brillent sous les rayons du soleil.

Soigneusement, ils réparent le collier. Lucien Luzerne les remercie. Comme c’est gentil d’avoir pensé à lui !

« Joyeux anniversaire ! » dit-il à son amie Gaby Garenne.

« Comme c’est beau ! Comme c’est joli ! chantonne-t-elle, ravie. Entre vite, toi et tes amis, pour que je puisse souffler toutes mes bougies. »

FIN

histoires

Le voyage de Raminus Rabon

Un texte écrit par Emma Baron

Pour ma fille, Mélianne

À Paris, dans le grenier d’une petite maison, vivait un vieux rat qui s’appelait Raminus Rabon. Ce jour-là, il fêtait son 99ème anniversaire quand quelqu’un toqua à la lucarne.

« Une lettre pour vous ! » claironna le pigeon facteur.

Curieux, Raminus Rabon ouvrit vite l’enveloppe.

Mon cher frère,

Je te souhaite un joyeux anniversaire.

Et si tu venais me voir ?

Je serai ravi de t’accueillir chez moi.

Ramembert

P.S. : Une surprise t’attend.

Le rat pensa à son frère qui habitait si loin de lui. Cela faisait trop longtemps qu’il ne l’avait pas vu. Il lui manquait beauscoup.

Et aussitôt, il prépara sa valise pour ce long voyage. Car, en effet, son frère vivait à l’autre bout de la Terre. Il habitait sur l’île Saint Augustine en Alaska.

C’était le premier jour de l’hiver. Les arbres perdaient leurs dernières feuilles. Toute la journée, Raminus Rabon marcha, sa petite valise à la main.

Le soir, alors qu’il avait rejoint la campagne, il vit trois jeunes mulots fouiller la terre.

« Qu’est-ce que vous cherchez ? » demanda Raminus Rabon en s’approchant.

« Nous cherchons à manger, expliquèrent les mulots, mais les sangliers ont tout emporté. » 

Raminus Rabon avait un petit sac de grain et de bon cœur, il le leur offrit. Au moins pour ce soir, les mulots n’auraient pas faim.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, dit le rat, mais ce que je peux faire, je le fais. »

Et il poursuivit son voyage.

Or une famille de lièvres habitaient la prairie. Ils avaient tout vu et tout entendu. Ils s’approchèrent des mulots pour partager leurs provisions si bien que durant tout l’hiver, aucun rongeur n’eut faim.

Quelques semaines plus tard, il y eut une tempête de neige. Alors que le rat arrivait à la lisière d’une forêt, il aperçut une maman écureuil et ses petits qui s’affairaient autour d’un nid.

« Qu’y-a-t-il ? » demanda Raminus Rabon en s’approchant.

« A cause de la tempête, notre hotte est tombée et s’est cassée. » expliquèrent les écureuils.

Le rat prit plusieurs brindilles qu’il trouva sous la neige et les aida à réparer leur nid.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, dit le rat, mais ce que je peux faire, je le fais. »

Et il poursuivit une nouvelle fois sa route.

Des chouettes vivaient là elles aussi. Elles avaient tout vu et tout entendu. Grâce à leurs puissantes serres, elles soulevèrent le nid et le remirent à sa place dans la fourche du chêne. Et les écureuils oublièrent bien vite ce mauvais souvenir. Et en plus, ils s’étaient fait de nouveaux amis.

L’hiver laissa la place au printemps. Raminus Rabon avait marché pendant des mois et il était fatigué. Il arriva sur une plage où il n’y avait personne. Plusieurs bouteilles jonchaient le sable et ce n’était vraiment pas beau.

Raminus Rabon les ramassa et les jeta à la poubelle.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, dit le rat, mais ce que je peux faire, je le fais. »

Et après s’être reposé, il poursuivit sa route.

Les crabes cachés sous les rochers avaient tout vu et tout entendu. Aussi, quand le rat fut parti, ils rassemblèrent les bouteilles qui gisaient au fond de la mer et les jettèrent à la poubelle. Et c’est comme ça que toute la plage redevint propre.

Le rat quitta la France à bord d’un très grand bateau. Il profitait de la brise marine lorsqu’il aperçût deux mouettes se battre autour d’un bout de pain.

« Qu’y-a-t-il ? » demanda Raminus Rabon en s’approchant.

« Ce pain est à moi ! » criait l’une.

« Non, il est à moi ! » rétorquait l’autre.

Raminus Rabon prit le pain, le partagea en deux et donna à chacune une moitié et il partit dormir dans la cabine du Capitaine.

Les semaines passèrent. Quand le rat arriva à New York, c’était déjà l’été. Les feuilles des arbres étaient vertes et luisaient sous les rayons du soleil.

Sa valise à la main, Raminus Rabon se dirigeait vers la gare prendre son train quand il vit deux opossums la gueule grande ouverte vers le ciel.

« Qu’est-ce que vous faites ? » demanda le rat en s’approchant.

« Nous avons soif, expliquèrent-ils, nous attendons la pluie. »

Le rat avait toujours sur lui une gourde bien remplie. Il la donna aux opossums.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, dit le rat, mais ce que je peux faire, je le fais. »

Et Raminus Rabon monta à bord du train.

Des ratons laveurs qui vivaient là, avaient tout vu et tout entendu. Ils connaissaient une source sous la ville où l’eau ne manquait jamais. Alors, ils y emmenèrent les opossums qui ravis n’eurent plus jamais à attendre la pluie.

Installé confortablement dans les cuisines du train, Raminus Rabon traversa l’Amérique toute entière.

Après des jours et des jours de voyage, le train arriva au Canada où l’automne était déjà là. Raminus Rabon reprit sa longue marche.

Finalement, il arriva sur les rives de l’Alaska. Il se demandait comment aller sur l’île où habitait son frère quand le vent se mit à souffler. Un ballon rouge s’envola. Vite, Raminus Rabon attrapa la ficelle et s’envola haut dans le ciel.

Dans la nuit, il survola la mer. Il admirait la lune quand soudain le ballon éclata.

« A l’aide ! » hurla Raminus Rabon en tombant.

Brusquement, sa chute s’arrêta. Une mouette l’avait rattrapé par la queue tandis qu’une autre l’installait sur son dos.

« Merci, lui dit le rat, vous m’avez sauvé la vie. »

C’étaient les mouettes du bateau, celles qui se querellaient pour le bout de pain.

« C’est nous qui te disons merci, répondirent les mouettes. Grâce à toi, nous sommes amies aujourd’hui. »

Et elles déposèrent le rat sur l’île Saint Augustine au pied d’un volcan gigantesque. C’était à nouveau l’hiver. Une aurore boréale illuminait la neige qui recouvrait tout.

Enfin, Raminus Rabon était arrivé chez son frère Ramembert. Vite, il frappa à la porte. Les deux frères se serrèrent dans leurs pattes, émus et heureux de se revoir.

« Viens vite voir ta surprise ! » lui dit Ramembert. Il lui montra l’énorme fromage aux cents étages sur lequel il avait planté 100 bougies. Cela lui avait pris un an pour le faire, un an pour le cuisiner, un an pour le préparer.

« Ce n’est peut-être pas grand chose, lui dit Ramembert, mais ce que je peux faire, je le fais. Joyeux anniversaire mon frère ! »

Raminus Rabon avait voyagé pendant 1 an et il venait d’avoir 100 ans !

« Joyeux anniversaire à toi aussi ! » lui répondit celui-ci, heureux de revoir son jumeau.

Et le soir venu, tout deux soufflèrent leurs 100 bougies puis ils dansèrent et s’amusèrent toute la nuit avec leurs très nombreux amis.

FIN

histoires

Mission sourire

Un roman écrit par Emma Baron

A ma fille, Mélianne

Les personnages de l’histoire : Tom, Max, Moira et monsieur Peterson

Chapitre 1

Un étrange voisin

Moi, c’est Tom. J’habite à New York dans une rue où toutes les maisons sont mitoyennes.

Sur le mur de ma chambre, j’accroche mon nouveau poster de la statue de la Liberté. C’est mon rêve de monter tout en haut. Ce n’est pas loin mais comme ma mère travaille tout le temps, même le week-end, je ne suis pas prêt d’y aller un jour.

Je jette mon sac à dos par-dessus mon épaule et j’enfile ma super casquette à l’effigie de ma statue préférée.

– Tom, tu vas manquer ton bus ! me crie ma mère depuis la cuisine. Et n’oublie pas ton repas du midi. Je t’ai fait un sandwich au beurre de cacahuète et à la gelée de raisin.

Je descends les escaliers quatre à quatre, glisse ma lunch box* (* boîte qui contient le déjeuner des enfants américains) dans mon sac et sors en criant :

– Merci m’an ! A ce soir !

Brrr ! Dehors, il fait un froid de canard.

L’arrêt du bus scolaire est juste devant ma maison. C’est pratique ! Moira, ma voisine est en train de sortir les poubelles. Avec ses cheveux mauves et sa tarentule apprivoisée sur son épaule, elle ne passe pas inaperçue. Tous les après-midis, elle vient m’aider à faire mes devoirs. Un grand sourire sur le visage, elle me lance :

– Bonjour Tom ! Ça va ?

Au moment où je la salue à mon tour, monsieur Peterson, notre voisin qui habite la maison d’en face, sort en robe de chambre chercher son journal. Tous les jours, il le ramasse exactement à la même heure ! 7h25 pile. C’est un vieux monsieur tout petit, avec de gros sourcils qui lui donnent un air grincheux.

Je me demande si je dois lui dire bonjour. Il ne parle jamais à personne. Alors qu’il rentre chez lui, je tente :

– Bonjour monsieur Peterson…

Mais il ne se retourne même pas. Je suis bien embarrassé ! Son chat non plus n’a pas l’air sympathique. Les poils en bataille, il s’étire comme un vieux paillasson devant la maison. Moira lève les bras au ciel.

– Quel vieux grognon ! Il ne dit jamais bonjour à personne, me rassure-t-elle.

Je soupire. Enfin, mon bus arrive.

Chapitre 2

Une semaine spéciale

Dans le bus, je vais m’asseoir à côté de Max, mon copain. Il arrête de mâcher son chewing-gum.

– T’en fait une tête !

– J’ai le voisin le plus désagréable du monde.

– C’est vrai qu’il est bizarre, me répond Max en observant sa maison à travers la vitre. En plus, c’est tout moche devant chez lui.

Max a raison. Au milieu des mauvaises herbes jaunies traînent de vieux pots de fleurs cassés et même une citrouille pourrie de l’automne dernier. Max me demande :

– Au fait, t’as pas oublié ?

– Ça non alors !

Aujourd’hui, c’est lundi et aussi le début d’une semaine spéciale aux États-Unis.

En classe, madame Clarks nous annonce avec un grand sourire sur le visage :

– Cette semaine, c’est la semaine de la gentillesse* (*kindness week a lieu tous les ans au mois de Février aux USA) alors je vous encourage à faire un compliment ou faire plaisir à quelqu’un. Vous pouvez faire un peu de ménage à la maison, ou écrire un mot gentil pour un voisin ou un camarade de classe.

– Madame, on peut choisir qui on veut ? demande Max en levant la main.

– Bien sûr. La seule règle est de faire plaisir à quelqu’un.

Soudain, une idée me traverse l’esprit. Une mission impossible ! Un défi ! Et si j’écrivais une carte pour monsieur Peterson ? Objectif : le faire sourire !

Chapitre 3

Un mot gentil

Après l’école, je file retrouver Moira pour mettre mon plan à exécution. Plein d’enthousiasme, je lui demande :

– Tu peux m’aider à faire du papier recyclé s’il te plaît ? J’ai déjà un tamis, il me manque juste de vieux journaux.

– Bien sûr ! me répond-elle en posant Fifi, son araignée, dans son terrarium. Je vais aller en chercher. Je te retrouve chez toi.

Les bras chargés de magazines, Moira entre dans la cuisine. Aussitôt, je les découpe en petits bouts puis je les mets à tremper dans une bassine d’eau chaude. Je malaxe le tout puis j’explique à Moira :

– Voilà, maintenant il faut juste mixer.

Quand la pâte est prête, je plonge le tamis dans le mélange et le ressors. Puis, après quelques manipulations, je presse la nouvelle feuille sur un chiffon. Moira l’aplatit avec le rouleau à pâtisserie pour faire sortir le surplus d’eau. Il n’y a plus qu’à laisser sécher la nouvelle feuille au-dessus du four.

Une fois sèche, Moira l’examine entre ses doigts. Elle me demande :

– Tu vas faire quoi avec ?

– Une carte pour monsieur Peterson !

– Quoi ! Tout ça pour lui ? Ce vieux bonhomme pas sympa ? s’étonne-t-elle avec des yeux ronds. On aurait pu en acheter une…

– Je voulais lui fabriquer quelque chose de personnel. Un cadeau acheté ce n’est jamais aussi bien qu’un cadeau fait maison.

Tout sourire, je monte dans ma chambre. Je plie la carte en deux et j’y dessine la maison de monsieur Peterson sans oublier son chat. Maintenant, il faut que je trouve quoi lui écrire. Je me rends compte que je ne le connais pas au fond, puisqu’il ne parle à personne.

J’écris :

Cher monsieur Peterson

Je viens vous offrir un sourire,

Vous êtes un voisin discret,

J’espère que cette petite carte vous fera plaisir.

Tom

La seule chose que j’attends en retour c’est de lui faire plaisir. Voir un sourire sur son visage serait extraordinaire ! Quand j’ai terminé, je mets ma carte dans sa boîte aux lettres en espèrant que mon plan va marcher.

Chapitre 4

Mauvaise nouvelle

Ce matin, je me suis réveillé plus tôt que d’habitude. J’ai hâte de voir la réaction de monsieur Peterson ! Je rejoins ma mère dans la cuisine.

– Tu es bien matinal, me dit-elle avant de me servir mes pancakes préférés : ceux aux myrtilles avec du sirop d’érable dessus.

Mais aujourd’hui, pas le temps de savourer, je me dépêche de finir mon petit-déjeuner et je sors.

A l’arrêt de bus, je tourne en rond. Il est 7h20. Mes yeux sont braqués sur sa porte. 7h23. Le temps passe lentement quand on est pressé… 7h24 La porte est toujours fermée. 7h25, ça y est ! Mon cœur bat la chamade.

J’attends. Rien. Pas un mouvement. 7h26. Impossible ! Monsieur Peterson n’est jamais en retard. Soudain, une voiture s’arrête devant sa maison. Une dame en blouse bleue* (* les infirmières aux États-Unis portent une tenue bleue) en sort. Je devine que c’est une infirmière.

Je frappe chez Moira. Elle enfile sa robe de chambre et vient me rejoindre. Je lui fais part de mon inquiétude :

– Il a dû arriver quelque chose…

A notre grande surprise, l’infirmière sort des clefs de sa poche, ouvre la porte de la maison de monsieur Peterson et disparaît à l’intérieur. Nous attendons anxieusement. Cinq minutes plus tard, elle ressort avec son chat pouilleux dans les bras.

Moira et moi traversons la rue. En nous voyant approcher, l’infirmière me lance, sympathique :

– Tu en as une belle casquette ! Tu as déjà visité la statue de la Liberté ?

Je l’enlève et je regarde l’image brodée dessus. Je soupire.

– Non… mais c’est mon rêve d’y aller un jour.

Puis, je lui demande à brûle-pourpoint :

– Pourquoi venez-vous chercher le chat de monsieur Peterson ? Il est mort ?

– Mais non, il n’est pas mort ! réplique l’infirmière en riant. Il va bien, mais hier matin il a eu quelques ennuis de santé et il a dû se rendre à l’hôpital. Il va devoir suivre un traitement.

– Quand doit-il rentrer ? lui demande Moira.

– Si tout va bien, lundi prochain dans l’après-midi.

Soulagé, je caresse le félin et demande :

– C’est vous qui allez vous occuper de son chat alors ?

Mais le bus scolaire arrive dans un bruit de moteur épouvantable.

L’infirmière n’a pas bien entendu. Elle répond :

– Le chat ? Il s’appelle Smoothie.

Je suis sûr le point de reposer ma question, lorsque Max sort la tête par la fenêtre ouverte de l’autobus et me crie :

– Tom ! Dépêche-toi. Tu vas nous mettre en retard !

Moira confirme :

– File avant qu’il ne reparte sans toi.

A contre-cœur, je monte dans le bus qui redémarre aussitôt.

Chapitre 5

Opération jardinage

Dans le bus, je retrouve Max la main plongée dans un sac de cookies aux pépites de chocolat.

– Qu’est-ce qui s’est passé ? me demande-t-il la bouche pleine.

Plutôt embêté, je lui réponds :

– Monsieur Peterson a des problèmes de santé…

– Super ! Tu dois être content !

Je hausse les épaules.

– Je suis triste pour lui en fait… je voulais lui donner une carte pour le faire sourire.

Max paraît surpris, et il passe sa main pleine de graisse sur mon front. Puis, il me tend un cookie.

– T’es pas malade ? Tiens, si ça peut te remonter le moral. J’en ai fait pour toute la classe.

A l’école, madame Clarks demande aux élèves ce qu’ils ont fait comme actes de gentillesse. Vient le tour de Max. En se frottant la nuque, il répond  :

– Des cookies… mais… euh… il n’en reste déjà plus beaucoup. Vous voulez le dernier m’dame ?

Madame Clarks le regarde mi-amusée mi-consternée, puis m’interroge :

– Et toi, Tom ?

– J’ai écrit une carte pour mon voisin mais il n’a pas pu la lire. Il est à l’hôpital…

Toute la classe me regarde, ennuyée pour moi. Madame Clarks se tourne vers les élèves.

– Comment pourrait-on aider Tom ?

Amy, une camarade de classe, me conseille :

– En attendant qu’il ait ta carte, tu peux peut-être faire autre chose pour lui ?

Max, qui se balance sur sa chaise, propose :

– On pourrait t’aider à refaire le jardinet devant chez lui. Il en a bien besoin. Je suis sûr que ça lui ferait plaisir. Mais bon, faut pas s’attendre à ce qu’il nous dise merci vu son caractère…

Amy ajoute :

– Ma mère travaille dans une jardinerie. Comme c’est l’hiver, elle récupère plein de plantes et de buissons invendus. Si tu veux, je peux en apporter.

Quelle super idée ! J’ai hâte de voir la tête de monsieur Peterson quand il va rentrer chez lui lundi après-midi. Cette fois, je suis sûr de lui décrocher un sourire !

Pendant le week-end, nous retroussons nos manches dans le jardinet. Moira arrache les mauvaises herbes entre les pierres. Max et moi coupons le lierre fané enroulé autour de la rampe d’escalier. Puis quelques heures plus tard, Amy arrive avec sa mère les bras chargés de plantes. Après beaucoup d’efforts, le petit jardin devant la maison est méconnaissable.

Moira nous félicite :

– Vous avez fait du très bon travail ! Maintenant il n’y a plus qu’à attendre.

Chapitre 6

Smoothie

Le lundi après-midi, Max et moi sommes assis derrière la fenêtre de ma cuisine, aux aguets. Nous épions la maison de monsieur Peterson. Le silence règne dans la rue. Assise à côté de nous, Moira caresse Fifi, sa tarentule. Quand soudain un taxi s’arrête. Je mets un coup de coude à Max :

– C’est lui !

Monsieur Peterson descend de voiture et s’avance vers sa maison. Surpris, il s’arrête net. Il observe ses nouveaux buissons.

En me levant, je dis à Max :

– Je vais lui demander si ça lui plaît !

Surexcité, je cours dehors et je m’approche de lui. Mais monsieur Peterson me regarde sans rien dire ! Il me fait juste un signe et rentre chez lui. Mais que fait-il ? Il aurait pu me dire bonjour au moins. Déçu, je cours retrouver Max et Moira.

Les bras croisés, assis sur le canapé du salon, je suis furieux. Moira me rassure :

– Il sort juste de l’hôpital, il est peut-être fatigué, tu sais. Et puis, il ne nous a rien demandé…

– Oui, ou peut-être que ça ne lui plaît pas, rétorque Max. De toute façon, c’était sûr qu’il allait réagir comme ça.

Soudain, je repense à son chat, Smoothie. Je demande à Moira :

– Au fait, il est devenu quoi son chat ? L’infirmière va le lui ramener cet aprem ?

Embêtée, Moira finit par m’avouer :

– Non, elle l’a emmené dans un refuge pour animaux. Monsieur Peterson n’a personne pour s’occuper de lui pendant qu’il sera à l’hôpital alors il a dû se résoudre à s’en séparer.

Un cookie dans la bouche, Max fronce les sourcils et s’exclame :

– Il est horrible d’abandonner son chat !

– Non… Il adore son chat, explique Moira en secouant la tête. Il a eu beaucoup de mal à prendre cette décision. L’infirmière qui est venue le récupérer m’a dit qu’il était très triste de devoir s’en séparer.

En colère, je me lève et m’écrie :

– S’il nous avait parlé, on aurait pu l’aider ! Moi, je veux bien aller nourrir son chat quand il doit s’absenter. Ce n’est pas compliqué et ça me prendrait seulement deux minutes avant de partir pour l’école !

Je frappe du poing la paume de ma main. J’ai une nouvelle idée !

– Je sais ! On va aller chercher Smoothie et je vais le lui ramener. Je lui expliquerai que je veux bien en prendre soin. Avec un peu de chance, je vais réussir à le décrocher, son sourire ! Moira, est-ce que tu as le nom du refuge ?

– Oui, c’est à côté de Central Park… Tu es sûr que tu t’en occuperas ?

– Sûr de sûr ! Je m’occupe bien de Fifi quand tu dois partir en vacances.

– C’est vrai qu’on peut compter sur toi. Bon allons-y ! On va prendre le métro.

Chapitre 7

Une surprise inattendue

Au refuge, nous voyons un tas d’animaux qui attendent d’être adoptés. Ça me fend le cœur. Dans une cage un peu à l’écart, j’aperçois Smoothie assis sur un coussin. En silence, Max, Moira et moi nous approchons de lui. Ce qu’il a l’air malheureux. Il me fait de la peine.

En pointant du doigt la cage, je demande à une dame qui travaille au refuge :

– Bonjour, je voudrais récupérer le chat de monsieur Peterson. On vient de trouver une solution pour qu’il puisse le garder.

– Et bien ! Tant mieux, me répond cette dernière soulagée, car honnêtement il aurait été difficile de lui trouver une nouvelle famille. Il est trop vieux.

Smoothie dans les bras, nous rentrons. Cette fois, monsieur Peterson ne pourra que sourire ! Tendu, je m’approche de sa maison et frappe à la porte. Monsieur Peterson ouvre. Ses yeux s’agrandissent en apercevant son chat. Confiant, je lui explique :

– Bonjour monsieur Peterson. Je suis Tom votre voisin. Je vous propose de nourrir Smoothie pendant que vous serez à l’hôpital.

Deux grosses larmes coulent sur le visage du vieux monsieur. Il prend Smoothie dans ses bras. Je poursuis :

– Je nourris Fifi très souvent. C’est la tarentule…

Mais je n’ai pas le temps de finir que monsieur Peterson… retourne chez lui ! Je reste debout sans comprendre. Mais il ressort aussitôt, ma carte dans les mains !

Il me la tend. Surpris, je secoue la tête et lui dis :

– Elle ne vous a pas plu ?

Monsieur Peterson me fait signe de l’ouvrir. Ce que je fais. Un mot est glissé dedans.

Je lis :

L’infirmière m’a apporté ta carte.

Merci pour avoir pris soin de mon jardinet.

Je voulais te le dire tout à l’heure mais je ne trouvais pas de stylo !

Et quand je suis ressorti, tu n’étais plus là.

Je suis sourd-muet. Je ne peux ni parler ni entendre.

C’était donc pour ça qu’il n’avait pas répondu à mon bonjour ! Pour ça qu’il était rentré chez lui tout à l’heure ! Moira sort un crayon de son sac et me le tend. J’écris ce que je voulais lui expliquer à propos de son chat et qu’il n’a pas pu entendre. Il efface ses larmes et lit mon message. Après m’avoir fait signe d’attendre, il retourne chez lui et ressort avec un ticket dans la main.

Il reprend la carte et écrit :

Merci de m’avoir ramené mon chat et de me proposer si gentiment de le nourrir. J’accepte volontiers.

Pour te remercier de tout ce que tu as fait pour moi, je t’offre ce ticket pour aller visiter la statue de la Liberté. J’espère que ça te fera plaisir.

Je lis son message en tremblant. Moira me propose aussitôt :

– J’irai avec toi si tu veux.

Je n’arrive pas à y croire. Je vais réaliser mon rêve ! Fou de joie, je relève la tête. Je vois un sourire immense, un sourire immense qui illumine le visage de monsieur Peterson. Et ce sourire là, je ne l’oublierai jamais.

FIN

histoires

Le courage de Lula

Un roman de Emma Baron

Les personnages : Lula, Chapo et Caracroche

Pour fêter l’arrivée de la reine, Lula et son chat Chapo aident à décorer le village mais Caracroche, l’horrible sorcière des bois, a décidé de tout gâcher.

Chapitre 1

Le plan de Caracroche

Comme chaque hiver, les sorcières se préparent à accueillir leur reine. A califourchon sur leur balai, toutes décorent les tours et les fenêtres des maisons, toutes… sauf Lula.

Pendant que son chat Chapo dort à côté d’elle, Lula trie les guirlandes. Une petite sorcière s’approche d’elle.

– Tu ne t’ennuies pas ? lui demande-t-elle à l’aise sur son balai.

– Non… répond Lula.

Elle la regarde partir et soupire. Lula aimerait apprendre à voler mais elle a peur de tomber.Chapo ouvre un œil.

– Tu devrais essayer, chuchote-t-il.

Lula regarde son balai avec envie.

– D’accord, répond-t-elle en prenant la monture.

Tendue, elle enfourche son balai. Chapo s’assoit devant elle. Le balai décolle doucement. Lula monte plus haut mais elle a si peur qu’elle perd le contrôle du balai. Il accélère brusquement.

Il file tout droit vers la forêt enneigée. Soudain, Lula bascule et atterrit au milieu des sapins. Ouille !

– C’est raté, dit-elle tristement en se relevant.

– Ce n’est pas grave, la rassure Chapo, tu as… Oh non ! Nous sommes tombés à côté de la maison de l’horrible Caracroche !

Au même instant, la porte de la sinistre maison s’ouvre. Vite, Lula et Chapo se cachent derrière un buisson.

– Hi hi hi ! ricane la sorcière, elles vont en faire une tête au village quand elles vont me voir descendre du carrosse !

Puis, elle monte sur son balai et s’envole.

– Elle veut prendre la place de la reine, s’écrie Lula.

– Suivons-là, suggère Chapo.

Ils courent entre les arbres sans quitter des yeux Caracroche.

Chapitre 2

Au secours de la reine

Lula et Chapo sont épuisés. La sorcière est bien trop rapide. Soudain, à travers les nuages, la garde royale apparaît. Une dizaine de sorcières en tunique verte, à califourchon sur leur balai, encadrent le carrosse volant de la reine.

– Je ne vois plus Caracroche, soupire Chapo.

Lula montre un sapin.

– Elle est cachée là, dans les branches !

Caracroche sort sa baguette.

– On ne peut rien faire d’ici, s’inquiète le chat.

Lula prend une profonde inspiration et enfourche son balai.

– Il faut que j’essaye de l’arrêter. Monte ! ordonne-t-elle à Chapo.

Le chat bondit sur le balai. Lula se concentre sur Caracroche. Son cœur cogne fort. Fermement, elle donne un coup de talon sur le sol. La voilà propulsée dans les airs. Les moustaches de Chapo frémissent sous le vent.

Mais Caracroche brandit sa baguette vers les gardes :

– « Gardes à la noix, transformez-vous en petits pois ! »

Prises par surprises, les sorcières tombent les unes après les autres. Une pluie de gouttes vertes s’abat sur la forêt.

L’horrible sorcière s’apprête à jeter un sort sur le carrosse mais Lula arrive à sa hauteur. Chapo bondit sur sa baguette qui tombe dans le vide. Surprise, Caracroche perd le contrôle de son balai. Elle attrape Chapo par une patte et l’entraîne dans sa chute.

Lula hurle :

– Chapooooo !

Elle s’élance après lui mais il est trop tard. Quand elle atterrit au milieu des sapins, elle aperçoit juste la queue du chat dépasser de la neige. Alors qu’elle le dégage, une voix derrière elle gronde :

– Ma petite, tu ne perds rien pour attendre !

C’est Caracroche ! La sorcière a retrouvé sa baguette et elle est furieuse.

Chapitre 3

La récompense

Lula et Chapo reculent. Mais Caracroche regarde le balai de la petite fille et agite sa baguette vers lui.

– « Balai de mioche, deviens poudre de roche ! » dit l’horrible sorcière. Et maintenant à ton tour !

– Ne te laisse pas intimider, chuchote Chapo à Lula. Regarde ce dont tu as été capable.

Caracroche brandit sa baguette vers Lula.

Mais la petite sorcière est plus rapide.

– « Caracroche, transforme-toi en arbre tout moche ! »

Des étincelles jaillissent de la baguette. Un nuage brun entoure la sorcière. Quand il se dissipe, un arbre sans feuilles et tout biscornu se tient à sa place. Le visage de la sorcière est gravé sur l’écorce.

– C’est bien fait Caracrotte ! s’exclame Chapo.

Le carrosse atterrit. La reine, dans sa robe de velours rouge, descend. D’un coup de baguette, elle redonne leur forme aux gardes. Elle regarde l’arbre puis elle s’avance vers Lula et Chapo.

– Merci ! Toi et ton chat, vous m’avez sauvé la vie. Venez, je vais vous ramener au village.

Avant de monter à son tour, la reine aperçoit une trace blanche sur le sol (illustration : en forme de balai) et comprend que Caracroche a réduit en poussière le balai de Lula.

Depuis la fenêtre du carrosse, la petite sorcière et son chat regardent les toits des maisons. L’attelage se pose sur la place du village. Sous les applaudissements, la reine sort du carrosse. Elle réclame le silence et dit :

– Lula, Chapo, venez !

Timidement, la petite sorcière et son chat descendent. Les sorcières n’en croient pas leurs yeux.

Devant la foule, la reine annonce :

– Grâce à leur courage, Lula et Chapo m’ont sauvé des griffes de l’horrible Caracroche.

La reine fait signe à un garde de détacher son balai de l’attelage. Puis, elle le tend à Lula.

– Je sais que Caracroche a détruit le tien, commence-t-elle. Alors, pour te remercier, je t’offre le mien.

Avec joie, Lula prend l’objet richement décoré entre ses mains. Comme il est beau !

– Et maintenant, que la fête commence ! s’exclame la reine.

Curieuses, toutes les sorcières cherchent Lula pour lui poser des questions. Mais Lula n’est plus là. Elle vole au-dessus des nuages, Chapo à ses côtés. Car, la petite sorcière n’a plus peur de voler !

FIN

histoires

Les chasseuses de fantômes

Auteur : Emma Baron

Ce mercredi après-midi, Mel a invité ses deux meilleures amies, Linda et Olivia, à la maison pour jouer à la chasse aux fantômes.

Debout au milieu de la chambre, Linda déclare : « C’est moi la chef des chasseuses ! »

« Et puis quoi encore ? » s’exclame Olivia, furieuse. « Pourquoi ce serait toi ? »

« C’est chez moi alors ce serait plutôt à moi d’être la chef. » rétorque Mel.

Après cinq minutes de dure bataille, les trois amies se calment et partent à la chasse aux pas beaux, pas rigolos.

Sur la pointe des pieds, elles longent le couloir quand tout à coup, elles entendent du bruit au grenier. « Tu nous fais une farce ? » demande Olivia.

« Mais non ! » répond Mel. « Allons voir ! »

« Moi la première ! » dit Linda.

« Non, c’est moi la plus courageuse ! » rétorque Olivia.

Les voilà qui se disputent une nouvelle fois.

Intriguée, Mel ne dit rien. La petite fille monte l’escalier tandis que ses amies continuent de rouspéter. Soudain, on entend : « ScroNch ScroMp »

Mel se demande : « Qui est-ce qui peut bien faire ce bruit ? »

En s’affrontant du regard, Linda et Olivia la suivent. Lentement, Mel pousse la porte du grenier. Nom d’un cachalot ! Quel malheur ! Quelle horreur !

Un fantôme très bizarre se tient devant elle. Il n’est pas blanc et transparent mais vert-moisi et tout gluant. Il possède deux grands yeux jaunes tout moches et un air très méchant. Mais que fait-il ? Il dévore les vieilles chaussettes de Mémé Ginette. Mel déglutit. Linda et Olivia reculent en tirant leur amie en arrière.

A toute vitesse, les petites filles dévalent les escaliers et se cachent dans le placard à balai. Assises dans le noir, les yeux grands ouverts, elles tendent l’oreille.

FliuiuUuu.

Quel bruit horrible ! On dirait une méduse qui glisse sur la rampe d’escalier. Sous la porte du placard, les trois copines aperçoivent une ombre avancer sur le sol. Le monstre, le fantôme, le truc approche.

« Vite, il faut s’en débarrasser ! » s’exclame Mel. D’un bond, elle se redresse et allume la lumière. Les filles regardent autour d’elles. Dans un coin, un vieil aspirateur est branché. Voilà, c’est tout trouvé ! Mel empoigne le manche et Olivia ouvre la porte.

La chose est là, horrible et menaçante.

« Oh là là, je tremble de peur ! » ricane-t-elle méchamment.

« T’as raison de trembler ! On va faire de toi de la pâtée ! » lui répondent en cœur les filles. Mel brandit le tuyau vers le fantôme.

« Maintenant ! » crie Olivia.

Linda appuie sur le bouton pour mettre en marche l’appareil.

Viuuuuuu…

Le fantôme est aspiré dans un bruit de succion épouvantable.

BloOoOO BloOoOop

Enfin, on entend POP !

Voilà, le tour est joué ! Le monstre est capturé !

Linda éteint l’aspirateur. De la bave verte dégouline du tuyau. D’un air dégoûté, Mel et Olivia la touchent du doigt sous le regard écœuré de Linda.

Après avoir fini de ratisser les feuilles dans le jardin, la maman de Mel entre dans la maison. Vite, les filles essuient leur main sur leur vêtement.

« Ça alors, vous faites le ménage ? » s’exclame-t-elle, surprise.

« Mais oui. On nettoie à fond la maison » répond Mel en faisant un clin d’œil à Olivia et à Linda.

Quant aux disputes, elles sont belles et bien terminées. Jouer en équipe, c’est quand même bien plus marrant !

« C’est qui les meilleures chasseuses de trucs tout vert-moisi tout pourris ? » demande Mel.

« C’est nous ! » crient les trois copines, victorieuses.

« HIP HIP HIP HOURRA ! »

« HIP HIP HIP HOURRA ! »

FIN

histoires

La boule rouge

Emma Baron

Pour Mélianne

Au beau milieu d’une grande ville vivait un écureuil tout gris, la queue en panache et tout gentil. Il était né ici et il n’avait jamais rien connu d’autre que le bruit des voitures et les vives lumières de la nuit.

Il avait l’habitude de traverser les passages cloutés et l’habitude des humains qui sortent leurs chiens le matin.

Tous les jours, il descendait de son marronnier et prenait le petit chemin pavé du grand jardin pour se rendre au vieux chêne du voisin.

Le gland du matin trouvé, il rentrait chez lui déguster son petit-déjeuner en écoutant les oiseaux gazouiller et les voitures pétarader.

Mais un jour alors qu’il courait dans l’allée, il aperçut devant lui quelque chose qu’il n’avait jamais vu. C’était une boule. Une boule toute rouge.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » se demanda l’écureuil, les moustaches frémissantes. Prudent, il décida de contourner l’obstacle.

Quand il arriva au vieux chêne, il demanda à son ami l’opossum qui se reposait sur une des branches basses de l’arbre :

« Tu as vu sur le chemin ? Il y a une sorte de boule. Elle est rouge et un peu brillante. Qu’est-ce que c’est à ton avis ? »

« C’est un œuf de tyrannosaure, expliqua sur un ton grave, l’opossum en fronçant les sourcils. Fais très attention, si tu y touches, la maman dinosaure viendra et elle te mangera. »

Alors, l’écureuil eut si peur qu’il courut se cacher derrière un vieil arrosoir tout rouillé. Au bout d’un moment, il se mit à réfléchir.

« Les œufs sont dans des nids, se dit-il, ils ne sont pas laissés comme ça au milieu d’une allée. Il faut que je tire cette affaire au clair.»

L’écureuil prit la direction de l’égout pour demander conseil à son ami le raton laveur. Ce dernier était occupé à laver un poisson pané pour son déjeuner.

Il écouta attentivement l’écureuil puis donna son avis : « Peut-être que cet œuf a roulé de son nid. »

« C’est possible mais dans ce cas, il faut le remettre dedans. » dit l’écureuil.

« Mais tu es fou ! s’exclama le raton laveur. Si l’opossum a raison alors le tyrannosaure va nous voir et il nous mangera. » 

« Les dinosaures font trembler la terre quand ils marchent, répondit l’écureuil. S’il arrive, nous le saurons et nous aurons le temps de nous cacher. »

Prudemment, les deux amis approchèrent de l’endroit où se trouvait la boule rouge. Ils cherchèrent le nid partout : au pied des arbres, dans les buissons et même dans de vieux pneus abandonnés… mais rien. Le nid n’était nulle part.

Soudain, la terre trembla.

« Horreur, le dinosaure ! Il nous a trouvé et il va nous manger ! » cria le raton laveur.

Vite, ils coururent se cacher derrière de gros pots de fleurs où rien ne poussait depuis des années.

Quand la terre arrêta de trembler, les deux amis regardèrent par-dessus les jardinières. Il y avait maintenant deux boules rouges au lieu d’une au milieu de l’allée.

« Malheur ! cria le raton laveur. Le dinosaure a pondu ! »

« C’est louche tout de même, dit l’écureuil. Je ne le vois nulle part. Pourtant un tyrannosaure, c’est gros… il ne peut pas avoir disparu. »

« Tu as raison. dit le raton laveur. Oh mais… regarde là-bas ! » 

Un vieux monsieur au visage peu aimable marchait en s’aidant d’une canne. La terre tremblait chaque fois qu’il faisait un pas. Avec difficulté, il enleva ses lourdes bottes et rentra dans sa maison.

« Ça par exemple, dit l’écureuil. C’est lui, le dinosaure ! »

« Il me semblait bien aussi que les tyrannosaures ne vivaient pas par ici. dit le raton laveur. Oh ! Attends un peu, vois qui va là ! »

L’opossum approchait en se dandinant. D’un coup de dents, il croqua dans une des boules rouges.

« Oh le menteur ! pesta l’écureuil. C’était un fruit, il m’a menti pour le garder pour lui !»

Soudain, un filet s’abattit brusquement sur l’opossum qui lâcha la pomme et se mit à gémir.

« Un piège ! »  s’exclama aussitôt le raton laveur qui venait de comprendre pourquoi le vieil homme laissait des pommes sur le chemin.

L’opossum se débattit.

« Au secours ! » appela-t-il, bien attrapé qu’il était.

« Mon pauvre ami, lui dit l’écureuil avec mépris. Pour rien au monde, je ne m’approcherai des œufs d’un tyrannosaure ! Ce dernier risquerait de revenir et de me manger. Aussi, je te souhaite une bonne journée ! »

Et c’est ainsi que l’écureuil s’en alla, entraînant avec lui son ami le raton laveur. Mais tous deux avaient du cœur, aussi au bout de quelques minutes, ils revinrent le délivrer. Tout honteux, l’opossum, pour se faire pardonner, les invita à déjeuner.

FIN