histoires

Les aventures de Super Toutou

Un dessin pour Manon

Emma Baron

Les personnages de l’histoire : Super Toutou, Louise et Mademoiselle Sapmoral

Moi, Super Toutou, je ne suis pas un chien comme les autres. Le jour où un éclair est tombé sur ma niche, j’ai reçu des super pouvoirs. Je peux parler aux enfants et creuser des tunnels à toute vitesse.

Chapitre 1

Manon est à l’hôpital

Cet après-midi, moi, Super Toutou, je suis de bonne humeur. Je flaire mille odeurs le long de la grille de l’école. Tous les enfants jouent dans la cour… enfin tous sauf Louise. Elle est assise seule sur un banc. Comme elle a l’air triste !

Vite, avec mes supers pattes, je creuse un tunnel sous la grille. Et hop, me voilà dans la cour. Je vais la voir.

— Qu’est-ce qui ne va pas ?

Louise m’explique :

— Ma meilleure copine est à l’hôpital. Elle a l’appendicite.

Je me gratte derrière l’oreille et je lui propose :

— Pourquoi ne pas lui faire un dessin ?

Louise trouve mon idée très bonne.

— Je vais demander une feuille et des crayons à la maîtresse.

Elle court vers mademoiselle Sapmoral.

Mais elle revient très décue.

— Elle a dit non, pas maintenant.

Moi, Super Toutou, je n’abandonne pas.

— J’ai une idée ! Attends-moi ici.

Et hop, je creuse un tunnel jusqu’en… Afrique. Je fonce chez mon amie Fatou où l’école est déjà finie.

Je la trouve assise devant son chevalet. Elle peint des baobabs et des singes.

— Super Toutou ? Que fais-tu là ?

— Je me demandais si tu pouvais prêter des crayons et une feuille blanche à une amie ?

— Bien sûr ! Attends-moi là.

Quelques minutes plus tard, elle revient avec le matériel. Je la remercie et hop je repars.

Chapitre 2

Le dessin

Quand Louise me voit revenir avec le matériel, elle n’en croit pas ses yeux. Elle s’allonge et dessine des animaux rigolos pour Manon. Mais la maîtresse arrive. Elle n’est pas contente du tout !

— Que fais-tu par terre ? Tes vêtements sont tout sales ! Et que fait ce chien tout pouilleux dans la cour ?

Louise se relève, secoue son pull et explique :

— C’est pour Manon ! Je lui ai fait un dessin. Et Super Toutou n’est pas pouilleux. Il creuse des tunnels alors forcément, il n’est pas toujours très propre.

Mais Mademoiselle Sapmoral confisque le dessin et les crayons.

Louise met ses poings sur ses hanches.

— Ah non alors ! Ce n’est pas juste !

Mademoiselle Sapmoral fait les gros yeux.

— Pour la peine Louise, tu auras une punition !

Je n’en crois pas mes oreilles de chien. Mademoiselle Sapmoral essaye de m’attraper par le cou, mais je m’échappe. Je n’ai pas dit mon dernier ouaf.

La maîtresse emmène Louise dans la classe alors que la récré n’est même pas terminée. Je m’approche discrètement de la fenêtre. Je vois la maîtresse qui donne une feuille de lignes à recopier à Louise. Puis, j’aperçois le dessin sur le bureau. Quand Mademoiselle Sapmoral s’en va, j’ouvre la fenêtre avec ma truffe.

— Super Toutou ? s’exclame Louise.

Vite je saute dans la classe et j’attrape le dessin dans ma gueule.

— Viens !

Discrètement, nous ressortons dans la cour.

— Accroche-toi à moi. Je t’emmène voir Manon à l’hôpital.

À toute vitesse, je creuse un tunnel. Louise se tient à mon cou. Je creuse si vite qu’elle sent le vent dans ses cheveux. Je suis si excité que je n’en finis plus de creuser.

Je ressors dans un endroit où il fait très froid.

— Ah ça, ce n’est pas la France ! s’exclame Louise en voyant la neige et les icebergs flotter. On dirait plutôt la banquise.

— Nom d’un chien, j’ai creusé trop loin !

Nous repartons. Et cette fois, je creuse moins vite.

Chapitre 3

Visite à l’hôpital

Je ressors dans les jardins de l’hôpital. Son dessin à la main, Louise court voir Manon dans sa chambre.

— Ça alors ! s’exclame Manon en voyant sa copine. T’es pas à l’école ?

— Si, mais Super Toutou a creusé un tunnel pour que je puisse te donner ça. Tiens !

Très contente, Manon s’exclame :

— Merci ! C’est super beau ! Mais la maîtresse ne va pas te gronder d’être partie ?

— Pas si je retourne en classe maintenant. Surtout que je dois encore faire ma punition !

Les deux amies se disent au revoir. Puis, Louise me rejoint dans les jardins.

Alors que nous nous apprêtons à repartir, nous entendons du bruit dans le tunnel. Pourvu que ce ne soit pas la maîtresse ! Tout d’un coup, une dizaine de pingouins sortent du trou.

— Ils ont dû nous suivre ! comprend Louise.

— Oui… On ferait mieux de rentrer.

Quand nous repartons, c’est la pagaille à l’hôpital. Les pingouins s’amusent à glisser sur les trottoirs et les infirmières courent dans tous les sens.

Nous repartons dans le tunnel. Il reste deux minutes avant la fin de la récré. Soudain, la maîtresse est devant nous à quatre pattes. Horreur ! Aussitôt, je creuse dans une autre direction pour l’éviter.

Je ressors dans la cour de l’école. Vite, Louise retourne à sa place. Quand la maîtresse entre dans la classe, elle est furieuse. Mais la directrice entre à son tour.

— Mademoiselle Sapmoral, cela fait… Oh !  Comme vous êtes sale. Ce n’est pas un exemple à donner à Louise. Et pourquoi n’est-elle pas en récréation avec les autres ?

La maîtresse bafouille :

— Louise faisait sa punition quand…

— Quelle punition ? Je ne vois pas de punition… Et que fait ce chien dans la classe ?

La maîtresse me regarde avec horreur. Elle a aperçu le petit bout de papier qui dépasse de ma gueule. Pas besoin de super pouvoirs pour manger les punitions. Nom d’un Super Toutou !

(illustration de fin : les singes de chez Fatou ont envahi la cour et s’amusent dans les arbres.)

FIN

Poésies

Le roi de la forêt

Pour voir un cerf dans une forêt,
Trouve un marronnier,
Et ramasse quelques fruits tombés.

Puis choisis un coin,
Un petit coin pour rêver,
Un tapis de mousse,
Un tapis de feuilles,
Un tapis de nuages,
Qui t’emmène en voyage.

Choisis un marron pour le corps,
Un plus petit pour la tête,
Sans oublier de faire les pattes et les bois,
Avec quelques allumettes.

Pose le cerf près d’une rivière,
Et attends que la magie opère,
Regarde-le devenir vivant,
Regarde ses bois devenir grands,
Mais déjà le voilà qui s’enfuit,
Heureux d’avoir trouvé la vie.

Emma Baron

Poésies

Le moulin à paroles

Impossible de m’arrêter,
Je bavarde toute la journée,
En classe ou en récré,
Tous les samedis chez ma Mémé.

Je raconte à toute allure,
Mes petites et grandes aventures,
Mes petits pépins et grands malheurs,
Et tout ce qui fait mon bonheur,

Et quand le soir je suis dans mon lit,
Mon petit moulin ralentit,
Et je murmure à mon lapin,
« Vivement demain ! »

Emma Baron

histoires

La vilaine Petite Voix

Une histoire écrite par Emma Baron

Devant la maison, au milieu de l’allée, Léo regarde son beau vélo tout doré. Il a bien envie de pédaler à toute allure sur la chaussée.

Soudain dans la tête de Léo, une Petite Voix se fait entendre. Elle est sombre et inquiétante.

Elle murmure à Léo : « Souviens-toi, tu es tombé la semaine dernière… Si tu enfourches ton vélo, ça peut à nouveau t’arriver. »

Léo a peur. Il écoute la Petite Voix et il rentre chez lui.

Il s’assoit sur le canapé regarder les dessins animés. La télé, c’est sûr, c’est sans danger.

L’après-midi, Léo va à la piscine avec son papy chéri. Il a envie de sauter à pieds joints dans l’eau bleue du grand bassin.

Mais la Petite Voix est encore là. Elle lui chuchote : « Tu risques de boire la tasse et de tousser. Ce n’est pas bon, l’eau chlorée. »

Léo a peur. Il s’assoit sur le bord carrelé de la piscine et regarde tristement les autres s’amuser.

Après l’école, la tata de Léo lui achète une nouvelle paire de chaussures jaunes.

Mais la Petite Voix lui dit encore : « Tu ne sais pas faire tes lacets et apprendre c’est compliqué. »

Cette fois, Léo veut quand même essayer.

Mais la Petite Voix continue et elle lui crie : « Tu n’y arriveras jamais ! »

Léo se décourage. Il abandonne.

Et il range ses belles chaussures au placard.

Le lundi, la maîtresse pose une feuille blanche devant Léo. Aujourd’hui, il doit apprendre à écrire son prénom.

Mais la Petite Voix l’avertit : « Oh là là ! Comme ça a l’air dur de tenir un crayon entre ses doigts ! »

Soudain, Léo se fâche. Il se révolte !

Il devient rouge ! Rouge comme une tomate ! Rouge de colère !

Et il crie à la Petite Voix :

« TAIS-TOI ! » 

Le silence.

Léo écoute.

La vilaine Petite Voix n’est plus là.

Léo prend ses crayons et il écrit de toutes les couleurs son beau prénom.

Quand l’école est finie, il rentre vite chez lui. Il enfile ses nouvelles chaussures jaunes et il apprend à faire ses lacets. Ce n’est pas si compliqué !

Le lendemain, il retourne à la piscine pour apprendre à nager comme un dauphin.

Comme c’est rigolo de sauter dans l’eau et de faire avec ses bras de grands moulins.

Le soir, il enfourche son vélo tout doré et pédale jusqu’à la nuit tombée.

Sentir le vent dans ses cheveux, c’est tellement mieux que de rester devant la télé.

Voilà Léo si fatigué qu’il part se coucher.

Dans son lit, il entend une nouvelle Petite Voix. Elle est très différente de la première.

Elle est claire. Elle chante tout bas contre son oreille.

« Tu peux tout faire dans la vie. Crois toujours en toi et n’abandonne surtout pas. »

Léo s’endort, un sourire sur son visage, car cette Petite Voix là, il est bien décidé à l’écouter partout où il décidera d’aller.