histoires

Le nid d’oiseau

Une histoire écrite par Emma Baron

528579308_129267e2d9_b

« RobinsEggsDSC_3332 » by elliotniman

Margot est une petite fille comme les autres, enfin… presque. Ses cheveux châtain sont très longs et très fins si bien qu’ils sont très difficiles à coiffer. Son papa la surnomme même son petit fauve tellement sa chevelure ressemble à la crinière d’un lion !

Chaque jour, c’est la même chose. Dès que sa maman essaye de passer la brosse dedans, Margot crie :

― Aïe, ouille, tu me fais mal ! Arrête !

― Il faut bien les démêler, lui répond sa maman.

Mais Margot ne veut rien savoir. Cela fait bien trop mal. Elle ne veut plus que l’on touche à ses cheveux, ni maman, ni papa, ni mamie, ni tata, ni personne !

Bien sûr, il y a de nombreux inconvénients a une telle masse de cheveux :

Lorsque Margot déjeune, il lui arrive parfois de les manger. Berk !

Pire encore. Lorsque Margot doit aller aux toilettes, elle les tient en l’air par peur de leur faire pipi dessus.

Et lorsque Margot remonte la fermeture éclair de son manteau, quelques-uns restent toujours coincés. Aïe ! Autant dire qu’elle n’aime pas trop l’hiver.

Mais avoir des cheveux comme les siens est aussi un avantage :

Lorsque Margot fait une bêtise, HOP, elle cache son visage sous sa crinière.

Lorsque Margot boude, HOP, elle ramène tous ses cheveux devant ses yeux.

Enfin, lorsque Margot ne veut pas manger ses légumes, HOP, elle met ses cheveux devant sa bouche.

A l’école, toutes les petites filles ont de belles coiffures : des tresses, des queues de cheval, des couettes mais pas Margot.

Une fois, une petite fille s’est même moquée d’elle. Ce jour là, Margot est rentrée de l’école très triste.

 Le soir, elle a demandé à son papa :

― Dis papa, est-ce que je suis jolie ?

― Bien sûr que tu es jolie, lui a répondu son papa. Tu es même la plus jolie petite fille du monde entier.

Aujourd’hui, sa maman est venue la chercher un peu plus tôt de l’école.

― Où m’emmènes-tu ? demande Margot en faisant traîner son cartable à roulette derrière elle.

― C’est une surprise… répond sa maman.

La devanture du coiffeur apparaît. Margot s’inquiète :

― Je ne vais quand même pas aller chez le coiffeur, hein, dis maman ?

― Est-ce que tu veux essayer ?

 Margot réfléchit.

― D’accord mais si la coiffeuse me fait mal, on rentrera ? Promis ?

― Promis, répond sa maman. Tu vas voir, la coiffeuse a l’habitude des enfants. Elle va te faire une très jolie coiffure.

Margot n’en est pas si sûre mais rassurée par la promesse de sa maman, elle entre.

La coiffeuse dit bonjour à Margot et à sa maman. Une fois la blouse enfilée, Margot s’installe sur une chaise trop haute pour elle. Puis, la dame se penche sur la chevelure et s’exclame :

― Ah oui, en effet, tes cheveux sont très emmêlés.

Margot a très envie de prendre ses jambes à son cou.

La coiffeuse commence par laver les cheveux de Margot. L’eau est tiède et Margot trouve cela plutôt agréable.

Puis, la dame ajoute le shampoing et le fait mousser beaucoup. Elle fait bien attention à ne pas en mettre dans les yeux parce que le shampoing dans les yeux, cela pique très fort et Margot déteste cela !

Enfin, elle verse la bouteille entière de démêlant super extra puissant et puis, elle rince.

Les cheveux de Margot sont maintenant propres. Assise devant un miroir, Margot les regarde étinceler. La coiffeuse prend le peigne et commence le démêlage.

Malheureusement, la crinière de Margot est encore très emmêlée et Margot a très mal :

― Aïe, ouille !

― Il faut souffrir pour être belle, lui dit la coiffeuse.

Mais Margot n’a pas du tout envie de souffrir. C’est même décidé, elle préfère être moche. Elle se sauve et court se cacher sous les chaises de la salle d’attente derrière une énorme paire de jambes.

― Margot ? Sors de ta cachette… l’appelle sa maman.

Mais Margot est très bien là.

― Allez viens, on s’en va… continue sa maman.

Margot réapparaît. La coiffeuse fait les gros yeux. Tant pis pour la belle coiffure. Une promesse est une promesse.

Par un beau matin de printemps, Margot ouvre la fenêtre de sa chambre. En face d’elle, un couple de pinsons est posé sur la branche d’un cerisier. Les oiseaux regardent Margot d’un drôle d’air. Une idée leur trotte dans la tête. Mais laquelle ?

Soudain, ils s’envolent, entrent dans la chambre et se posent sur la tête de Margot. Dans ses cheveux, ils font leur nid en chantant. D’abord surprise puis très contente, Margot les laisse faire, ravie que sa chevelure leur soit si utile.

En faisant attention à ne pas faire tomber le nid, Margot va retrouver ses parents occupés dans la cuisine :

― Papa, maman, des oiseaux ont fait leur nid sur ma tête.

Son papa et sa Maman se penchent pour regarder de plus près en faisant de grands OH et de grands AH.

Bientôt tout le monde connaît l’histoire de Margot : toute sa famille, tous ses amis et même la ville entière. Car il faut bien le dire, elle est l’unique petite fille au monde à accueillir un nid d’oiseau dans ses cheveux.

Depuis, Margot n’ose pas trop bouger. Elle a peur de faire tomber le nid.

Pour dormir, elle reste même assise dans son lit. Avouons-le, ce n’est pas très pratique.

Mais un matin, Margot sent quelque chose de nouveau dans le nid, quelque chose de très fragile… Tout de suite, elle devine ce qui se passe. Avec la démarche d’un funambule sur son fil, elle va retrouver sa maman.

― Le pinson a pondu ses œufs, murmure-t-elle.

Sa maman se penche et regarde :

― Oh ! Oui, tu as raison. Il y en a cinq. Qu’est-ce qu’ils sont beaux !

Margot est bien embêtée. Elle a beau se mettre devant le miroir, elle ne peut pas les voir ! Et elle aimerait tant pouvoir les regarder…

Alors, le lendemain, elle demande :

― Dis maman, est-ce que tu peux couper mon nid d’oiseau ?

― Tu es sûre de toi ? lui demande sa maman en sortant une paire de ciseaux.

― Oui, tu peux !

Commence alors le délicat ouvrage. Blottis l’un contre l’autre, les pinsons ouvrent un œil. CLIC CLAC, CLIC CLAC, CLIC CLAC. Les ciseaux dansent dans la chevelure. Tout à fait réveillés, les oiseaux se réfugient sur les épaules de la coiffeuse improvisée. Curieux, ils la regardent travailler en se demandant à quoi va ressembler Margot.

Voilà, la nouvelle coiffure terminée. Les cheveux de Margot lui arrivent en dessous des épaules. Ses mèches ne vont plus dans ses yeux. Comme elle se sent légère ! Si elle avait su, elle aurait essayé avant !

― Et le nid, maman ? demande Margot qui trépigne d’impatience.

Sa maman le pose délicatement dans ses mains. Émerveillée, Margot contemple les jolis petits œufs bleu moucheté. Puis, elle sort dehors et installe le nid sur une branche de cerisier en faisant bien attention. Voilà, les pinsons ravis. Vivre sur la tête d’une petite fille n’était pas de tout repos.

Dorénavant, chaque matin, Margot se fait brosser les cheveux par sa maman. Bien sûr, parfois Margot a encore un peu mal mais plus autant qu’avant. Et surtout, chaque jour, Margot a droit à une nouvelle coiffure qui l’enchante :

Deux pompons sur la tête le lundi,

Une queue de cheval le mardi,

Une tresse brésilienne le mercredi,

Un chignon de danseuse le jeudi,

Quatre barrettes de chaque côté de la tête le vendredi,

Des couettes avec de jolis élastiques le samedi

Et un beau serre-tête le dimanche.

Et chaque matin, après avoir été coiffée, Margot court regarder les œufs bleus en espérant voir les oisillons casser leur coquille. Heureusement, elle n’a pas à attendre très longtemps. Quelques jours plus tard, le papa et la maman pinson sont agités.

CRIC CRAC, CRIC CRAC, CRIC CRAC. Voilà, les œufs qui éclosent. A peine sortis, les oisillons ouvrent en grand leur bec. Curieuse, Margot les observe bien au chaud dans leur nid de cheveux.

Et le jour où les oisillons prennent leur envol, Margot décide d’apprendre à se coiffer toute seule et depuis, elle n’a plus mal du tout !