Poésies

Le roi de la forêt

Pour voir un cerf dans une forêt,
Trouve un marronnier,
Et ramasse quelques fruits tombés.

Puis choisis un coin,
Un petit coin pour rêver,
Un tapis de mousse,
Un tapis de feuilles,
Un tapis de nuages,
Qui t’emmène en voyage.

Choisis un marron pour le corps,
Un plus petit pour la tête,
Sans oublier de faire les pattes et les bois,
Avec quelques allumettes.

Pose le cerf près d’une rivière,
Et attends que la magie opère,
Regarde-le devenir vivant,
Regarde ses bois devenir grands,
Mais déjà le voilà qui s’enfuit,
Heureux d’avoir trouvé la vie.

Emma Baron

Poésies

Le moulin à paroles

Impossible de m’arrêter,
Je bavarde toute la journée,
En classe ou en récré,
Tous les samedis chez ma Mémé.

Je raconte à toute allure,
Mes petites et grandes aventures,
Mes petits pépins et grands malheurs,
Et tout ce qui fait mon bonheur,

Et quand le soir je suis dans mon lit,
Mon petit moulin ralentit,
Et je murmure à mon lapin,
« Vivement demain ! »

Emma Baron

Poésies

Le jardin intérieur

A ma fille, Mélianne

Il existe un endroit, un lieu unique où personne d’autre que moi ne peut aller.

Je suis la seule personne sur cette Terre à en posséder la clef.

Dans ce grand jardin, je suis en sécurité.

Je suis chez moi.

Je peux être heureuse et je peux être triste.

Je peux être moi-même.

Ici, le temps n’existe pas.

Seul le murmure du vent dans les saules est invité à venir me rencontrer.

Les moineaux et les ramiers volent dans un ciel limpide où le jour et la nuit se confondent en une douce mélodie.

Dans cet immense jardin sauvage, le parfum du chèvrefeuille embaume les cours d’eau où les nénuphars en fleur parlent tout bas aux hortensias.

Ce beau jardin est un lieu unique parce que je l’ai créé.

Il existe seulement parce que j’existe moi aussi.

Chaque fois que j’en ai besoin, je m’y réfugie.

Parfois, je pose ma joue contre l’écorce d’un lilas et je réfléchis sur la vie. Parfois je m’allonge sur la branche haute d’un arbre et je rêve.

Je regarde le ciel puis je ferme les yeux.

J’écoute l’enfant que j’étais et que je ne suis plus.

Je l’écoute rire, je l’écoute pleurer aussi pour pouvoir la consoler.

A la lisière d’un sous-bois, j’aperçois la vieille femme que je serai un jour.

Et prenant ses mains dans les miennes, je souhaite qu’elle puisse me révéler comment ma vie va se terminer.

Et, avant de repartir dans la réalité, je suis en paix avec moi-même,

Sereine et silencieuse comme un train arrêté sur les rails d’une gare abandonnée.

Maintenant c’est à toi que je viens transmettre cette poésie. Crée un jardin aussi beau que celui-ci et cultive-le tout au long de ta vie.

Emma Baron