Poésies

La ronde des saisons

En automne,
Je mets mes bottes,
Et saute, saute dans les feuilles mortes.

En hiver,
Une brindille de chêne,
Et souris, souris bonhomme de neige.

Au printemps,
Mon imper et mon seau,
Et flic, floc dans les flaques d’eau.

Déjà l’été,
Finies l’école et la cantine,
Et roule, roule en bas des collines.

Emma Baron

Poésies

Inconditionnellement

A l’école, aujourd’hui,
La maîtresse nous a appris,
Un mot très long et compliqué,
Très difficile à prononcer.

A la maison, quand je suis rentrée,
Tout de suite, j’ai demandé:
«Dis maman, Inconditionnellement,
Qu’est-ce que c’est que ce mot tyran?»

Sur ses genoux, alors elle m’a dit,
C’est simplement t’aimer pour toute la vie,
Peu importe qui tu deviendras,
Toujours mon enfant, tu seras.

Emma Baron

Poésies

Dimanche matin

Encore à moitié endormie,
A travers la fenêtre, je regarde la nuit,
Je m’étire, et sans faire le moindre bruit,
En pyjama, je me lève de mon lit.

Debout, dans le couloir,
Alors qu’il fait encore très noir,
Sur la pointe des pieds, j’avance doucement,
Dans leur chambre, j’entre le cœur battant.

Dans le lit, tendrement, je me blottis,
Contre ma maman encore endormie,
Mais déjà, elle m’ouvre grand ses bras,
Et me chuchote, des «je t’aime» tout bas.

Emma Baron

Poésies

Le bonheur

Ce matin, ma maman m’a dit,
Que le bonheur ressemblait à ceci :
Partager un petit carré de chocolat,
Regarder la pluie tomber sur les toits,
Me lire une histoire à haute voix,
Mais surtout me garder longtemps dans ses bras.

Ce soir, c’est moi qui lui ai dit,
Maman, le bonheur, c’est ça aussi:
T’aider à faire de jolis macarons,
T’offrir mes colliers de boutons,
Dormir tout contre mon doudou,
Mais surtout sentir sur ma joue tes milliers de bisous.

Emma Baron

Poésies

L’oiseau et l’enfant

Sur le bord d’un étang,
Un grand oiseau attend,
Qu’un poisson vienne s’égarer,
Pour en faire son déjeuner.

Mais l’oiseau n’a pas vu,
Sous les branches, l’enfant approcher,
Mais l’oiseau a entendu,
Sur la mousse, l’enfant s’allonger.

L’écolier murmure à l’échassier,
Qui tend son cou pour l’écouter.
«S’il te plaît, laisse-moi te caresser,
Juste une fois, du bout des doigts.»

Le petit humain tend sa main frêle,
Vers l’oiseau qui s’enfuit déjà vers le ciel,
Alors, lentement, l’enfant se met debout et rêve,
D’avoir lui aussi, un jour, des ailes.

Poème écrit par Emma Baron