histoires

Norbert, le petit ver de terre

Une histoire écrite par Emma Baron

Il était une fois un petit ver de terre qui s’appelait Norbert. C’était le début de l’automne et Norbert était tout déprimé.

Tristement, il regardait son reflet dans une flaque d’eau et il se disait : « A quoi je sers ? Je n’ai ni pattes, ni bras. Je suis tout mou et pas bien grand. »

Il décida donc d’aller voir ses amis pour lui remonter le moral.

Sur la branche d’un rosier, Isabelle la coccinelle chassait des pucerons.

« Bonjour, lui dit Norbert. Que fais-tu aujourd’hui ? »

« J’empêche ce beau rosier de se faire manger. Viens vite me rejoindre, Norbert. »

Alors Norbert s’enroula sur la tige mais une épine le piqua et il glissa.

« Aïe ! cria-t-il. Sans bras pour m’accrocher, autant abandonner. »

Le vent se levait. Du ciel, UNE feuille tomba et Norbert s’en alla.

Sur une pierre, Dédé le scarabée, sa carapace bien lustrée, regardait le soleil.

« Bonjour, lui dit Norbert. Que fais-tu aujourd’hui ? »

« En Égypte, je suis comme un roi. Est-ce que tu veux venir t’asseoir avec moi ? »

Norbert accepta et réussit à grimper sur la pierre. Mais bien vite il déchanta, car le soleil asséchait sa peau.

« Ouille, cria-t-il. Je ne peux pas rester comme toi au soleil. »

Et Norbert redescendit en se disant que, décidément, il n’était pas fait pour cette vie.

Le vent soufflait légèrement. Du ciel, DIX feuilles tombèrent et Norbert s’en alla.

Sophie la fourmi découpait un quignon de pain laissé sur le chemin.

« Bonjour, lui dit Norbert. Que fais-tu aujourd’hui ? »

« C’est bientôt l’hiver ! Je fais des réserves, expliqua Sophie. Tu veux m’aider ? »

Norbert accepta. Il tenta de découper un petit morceau mais sans mandibules, il ne fit que des bulles.

« Décidément, pensa Norbert, ça non plus, ce n’est pas pour moi ».

Le vent soufflait fortement. Du ciel, CENT feuilles tombèrent et Norbert s’en alla.

Avec difficulté, Didier le bousier déplaçait une énorme boule qui sentait bien mauvais.

« Bonjour, lui dit Norbert. Que fais-tu aujourd’hui ? »

Didier lui répondit : « Je pousse ma boule de crotte. Tu veux m’aider à la faire rouler ? »

Norbert le regarda d’un air un peu dégoûté mais voulu bien essayer. Malheureusement, sans bras pour la guider, Norbert la fit rouler du côté opposé.

« Comme je suis maladroit ! » s’excusa-t-il.

Le vent soufflait violemment. Du ciel, MILLE feuilles tombèrent et recouvrirent la terre.

Quant au petit ver de terre, découragé, il rentra chez lui pleurer.

Mais quelle ne fut pas sa surprise d’y trouver tous ses amis !

Isabelle la coccinelle, Dédé le scarabée, Sophie la fourmi et Didier le bousier s’étaient tous réunis.

« Les feuilles ont tout recouvert et nous ne pouvons plus rien faire. » expliquèrent-ils, très malheureux.

Le petit ver de terre eut alors une idée. Avec appétit, il grignota les feuilles et les réduisit en bouillie. De la belle terre apparut sous les yeux épatés de ses amis qui tous lui dirent merci. Quant à Norbert, il en fut très heureux et retrouva enfin son sourire.